Qui aurait envie de lire un livre sur un coureur ? Un homme qui raconte son amour pour les courses de fond au quotidien, les marathons, et les triathlons. Il y a quelques années, je m’imaginais mal lire autre chose que des fictions. Aujourd’hui je commence de plus en plus à prendre plaisir à lire des biographies et d’autres livres non fictifs. Il est 19 heures passées, je suis en train d’attendre des retouches sur mon boubou pour la fête de Ramadan, je ne sais toujours pas si la fête aura lieu demain ou vendredi, et je viens de terminer “Autoportrait de l’auteur en coureur de fond” de Haruki Murakami.
 
C’est encore une fois à cause ou plutôt grâce à Lalla que j’ai acheté “Autoportrait de l’auteur en coureur de fond”. A vrai dire, je ne me souviens plus vraiment de ce qu’elle m’a dit sur l’auteur. Mais je savais que Murakami a une excellente renommée internationale et j’ai décidé de prendre le premier livre que j’ai vu en librairie. 
 
“Autoportrait de l’auteur en coureur de fond” relate donc l’expérience de Murakami aussi bien dans le sport que l’écriture. Il l’a écrit principalement entre l’été 2005 et l’automne 2006. Il le considère comme un mémoire, dans lequel il partage ses préparations, ses déboires, ses réussites, et la relation particulière qu’il a avec le sport. De gérant d’un club de Jazz, Haruki Murakami est aujourd’hui un célèbre écrivain avec plus d'une dizaine de livres à son actif. Mais il se définit également comme un coureur. 
 
Peu de personnes croyaient en lui lorsqu’il a ouvert son club de jazz. Murakami a tout de même tenu bon pendant quelques années. Un jour, il a eu envie d’écrire un roman et s’est immédiatement mis à l’œuvre. Son premier livre “Écoute le chant du vent” a rencontré un succès. Encore une fois, malgré les tentatives de découragement de certains, il a décidé de fermer son club de jazz pour se consacrer à l’écriture. Pour lui, quand bien même il pourrait échouer, il préfère se donner à fond dans chaque initiative. Il aurait beaucoup plus de regrets en échouant alors qu’il essaie de suivre deux lièvres à la fois. 

 
 

Pour être plus efficace à l’écriture, Haruki Murakami s’est mis à courir, puis a arrêté de fumer, et a commencé à manger de manière plus équilibrée. Chaque année, il participe à au moins un marathon, et un triathlon (une compétition qui comprend la natation, une course à vélo, et une course à pied). Peu importe l’endroit où il se trouve, généralement au Japon ou aux États Unis, il court en général au moins une heure chaque jour. Il lui est arrivé de rencontrer de terribles difficultés pendant ces compétitions. Avec l’âge (il est né en 1949), son temps de course s’est détérioré. Mais pour lui, le plus important n’est pas de finir premier, ni même d’avoir un meilleur temps, mais de réussir à finir la course. 
 
À la question de savoir quelles sont les principales qualités d’un romancier, Murakami pense que la première est le talent. Il faut un minimum de talent pour arriver à écrire de bons romans. Ensuite la concentration, la capacité à concentrer le talent limité que l’on possède sur ce qui est essentiel à tel ou tel moment. Enfin, la persévérance, réussir à se concentrer pendant de très longues périodes. Si le talent est une condition préalable que l’auteur ne peut vraiment maîtriser, il peut toutefois à force de persévérance et de concentration, compenser un faible talent littéraire. 
 
Ce n’est certes pas le but du livre mais j’aurais voulu en savoir davantage sur l’épouse de Haruki Murakami. Elle est très souvent à la ligne d’arrivée pour accueillir son époux, pendant les compétitions. J’imagine donc qu’elle l’a soutenu, à chacun des grands changements de sa vie: avec le club de jazz, sa carrière d’écrivain, son déménagement aux États Unis, son retour au Japon, et ses nombreuses participations à des compétitions sportives. Murakami la mentionne quelques fois mais sans plus. J’aurais bien aimé savoir ce qu’elle fait lorsqu’elle n’est pas aux côtés de son époux, et ce qu’elle pense en général de toutes ses activités.
 
J’ai vraiment été surprise de réussir à finir cet autoportrait. C’est peut être dû au talent d’écrivain de Murakami ou au fait qu’il y a de belles leçons à tirer de son mémoire. Quoi qu’il en soit, si vous êtes un sportif, un aspirant écrivain, ou juste curieux, je vous recommande de lire “Autoportrait de l’auteur en coureur de fond”. Moi j’ai hâte de découvrir les romans de Haruki Murakami.

Les Chroniques De Tchonté

Young African woman addicted to God, Books, Ice Cream, Travels, Writing and much more. I want to transform the education system in Cote d'Ivoire. Isn't that great or crazy? Fotamanan (Welcome in Senoufo) to my world. Take a seat!

READ MORE

    N'hésitez pas à partager et donner votre avis / Feel free to share and comment