Je viens d'arriver en Chine en laissant derrière moi mon bébé. Il n'a même pas encore appris à marcher correctement que je l'ai confié à d'autres mains. Loin de lui je crains un peu ce qui lui arrivera. J'ai envie d'assister à ses premiers mots mais je sais qu'il se portera bien. Que les autres sauront prendre soin de lui en mon absence. Ce départ était programmé depuis longtemps, avant même la naissance du Centre Eulis. Alors oui j'avais très envie d'être à Abidjan à la rentrée mais plus la date de mon départ se rapprochait, plus je sentais le besoin de partir. 
 
J'ai ouvert le Centre Eulis en Avril 2017. Jusqu'à aujourd'hui je n'avais pas encore trouvé les mots pour en parler sur le blog. Pour moi c'était naturel, logique. Je ressentais le besoin de créer, de réaliser quelque chose pour les autres, qui n'avait rien à voir avec les diplômes et tous les autres accomplissements qui ne touchent que la personne qui les réalise. Je voulais partager ce que j'ai reçu du monde. Le Centre Eulis est un espace d'études et de lecture situé à Yopougon Toits-Rouges. Parfois je dis que c'est une mini-Bibliothèque mais je veux qu'il soit bien plus qu'un endroit où on s'asseoit pour lire. D'où le terme "centre" plutôt que "Bibliothèque." Je veux qu'il soit The Place, où on vient pour découvrir le monde à travers les livres et au contact des autres.
 
Tout est parti d'un rêve. Un rêve tellement grand qu'il fait peur. Le rêve de transformer l'éducation en Côte d'Ivoire. Faire en sorte que les apprenants soient plus actifs dans le processus d'apprentissage. Amener les jeunes à faire des recherches, à agir pour résoudre des problèmes communautaires et à toujours rechercher la connaissance au delà de ce que dit le professeur. Ce grand rêve, je l'ai mûri pendant mon programme de Master en Entrepreneuriat Social à Hult International Business School, San Francisco, en 2016. Ne sachant où commencer, j'ai décidé d'acquérir de l'expérience dans mon ancienne université et en même temps partager ce que j'ai appris.
 
 
L'expérience a été stressante mais très très enrichissante. J'ai appris aussi bien dans les livres qu'au contact des étudiants. Pendant huit mois, j'ai fait des aller-retours entre Yopougon et Bassam pour enseigner à des jeunes qui sont de la même génération que moi. J'ai eu affaire à des personnes brillantes et nous avons eu des discussions intéressantes. Pourtant je sentais que quelque chose n'allait pas. Je me suis rendu compte que pas mal d'étudiants, étant formatés par le système actuel, ont beaucoup de mal à s'en départir pour penser par eux-même. Bon nombre d'entre eux insistaient pour retranscrire exactement ce que disent les livres et les slides plutôt que de trouver leurs propres mots et pensées. Peut être que je ne trouvais pas la bonne formule pour les y amener ou peut être fallait t-il que j'essaie de changer les choses un peu plus bas que l'université. 
 
En lisant "Rich dad, poor dad" de Robert Kiyosaki, J'ai appris qu'il a ouvert une sorte de Bibliothèque avec son ami alors qu'ils n'étaient encore que des enfants. Je me suis dit que je prendrais sans doute plaisir à me lancer dans l'aventure entrepreneuriale avec un tel espace où je pourrais partager ma passion pour la lecture avec les autres. Quelques réaménagements dans un studio appartenant à mon paternel, quelques livres de ma collection personnelle et d'autres achetés ici et là et le Centre a pris forme. 
 
Je rêve grand mais j'ai décidé de commencer petit et maintenant. Je l'avoue j'ai débuté sans faire de grands plans. J'ai eu peur de me désister à force de tout planifier alors j'ai foncé tête baissée avec en tête d'apprendre au fur et à mesure. Je ne m'attendais pas à l'enthousiasme que le Centre a suscité sur les réseaux sociaux. Syndrome de l'imposteur oblige, parfois il m'arrive de croire que le Centre Eulis n'est pas encore grand chose et que les compliments sont un tout petit peu exagérés. Avec mon blog j'avais déjà quelques personnes qui me reconnaissaient dans la rue. Avec le Centre Eulis il y en a encore plus. Parfois quand on me demande si je suis Tchonté, des Chroniques de Tchonté ou du Centre Eulis, je pense à l'article de Mylène sur les dififcultés d'être un blogueur "connu". 
 
 
Je ne changerais rien si cela était possible. J'aime ce que je fais, ce que j'ai fais et ce que je compte faire. J'aime partager mes actions en espérant qu'elles inspirent d'autres personnes à rêver grand et à commencer petit comme le Centre Eulis ou encore The box de Stéphane et CompagnieJ'étais quand même pressée de partir. J'avais besoin de m'éloigner un peu après presqu'un an passé au bercail. J'avais besoin de partir pour apprendre encore du monde. Pour apprendre le mandarin et pour découvrir une culture assez éloignée de la mienne. J'avais besoin de partir pour me retrouver dans un endroit où je peux être encore un peu plus moi, parce que personne ne m'y connait. Un endroit où je peux tester mes limites et sortir de ma zone de confort. Un endroit où je prendrai le temps de lire un peu plus, d'écrire, d'apprendre, pour partager avec vous. Dans toutes ces aventures, je souhaite aussi bien donner qu'apprendre de vous. N'hésitez pas à partager, faire des suggestions et m'aider à m'améliorer. Et puis un "j'aime" pour faire de moi la meilleure blogueuse 2017 de Côte d'Ivoire est plus que souhaitable  http://eba.ci/les-chroniques-de-tchonte/ . 
 
Faites un tour au Centre Eulis, je vous y retrouverai dans quelques mois in shaa Allah! 
 
Centre Eulis: Far from my baby
 

I just arrived in China leaving my baby behind. It has not even yet learned walking correctly that I entrusted it to other hands. Away from it, I am a little afraid about what might happen. I've wanted to attend its first spoken words but I know that it will be okay. That the others will take care of it in my absence. This departure was programmed since a long time ago, even before the birth of Centre Eulis. So yes I was eager to be in Abidjan for the new academic year but the more the date of my departure approached, the more I felt the need to leave. 
 
I've opened the Centre Eulis in April 2017. Until today I had not yet found the right words to talk about it on the blog. For me it was natural, logic. I felt the need to create, to achieve something for others, that had nothing to do with degrees and all other achievements that only impact the person who realizes them. I wanted to share what I have received from the world. Centre Eulis is a space of studies and reading located in Yopougon Toits-Rouges. Sometimes I say it's a mini-library but I want it to be much more than a place where we sit to read. That's why I chose the term "Center" rather than "library." I want it to be the place where one comes to discover the world through books and the contact of others. 
 
Everything started with a dream. A dream so huge that it's scary. The dream of transforming the education in Côte d'Ivoire. To ensure that learners are more active in the learning process. To encourage the young ones to do research, act to resolve problems in their community and always search for knowledge beyond what the professor teaches them. I matured this great dream during my master program in social entrepreneurship at Hult International Business School, San Francisco, in 2016. Not knowing where to start, I've decided to gain some experience in my former University and at the same time share what I've learned.
 

The experience was stressful but very very rewarding. I have learned in books as well as through the contact of students. For eight months, I went from Yopougon to Bassam, to teach some young people of my own generation. I have dealt with brilliant people and we had some interesting discussions. However, I felt that something was not going right. I realized that many students, being formatted by the current system, have a lot of trouble to get away from it to think by themselves. Many of them insisted to transcribe exactly what the books and the slides say rather than finding their own words and thoughts. Maybe I didn't find the right formula to bring them there or maybe I needed to change things at a lower level than university. 
 
While reading "Rich dad, poor dad" by Robert Kiyosaki, I have learned that he opened a kind of library with his friend when there were just kids. I thought that I would probably enjoy to start my entrepreneurial journey with such a space where I could share my passion for reading with others. Some readjustments in a studio belonging to my father, plus few books of my personal collection and other purchased here and there and the Center took shape. I dream big but I have decided to start small and now. I confess I have started without making some big plans. I was afraid to withdraw if I planned too much so I started right away, head down.
 
I didn't expect the enthusiasm the center generated on social networks. Having the impostor syndrome, I sometimes felt like the Centre Eulis is not such a big deal yet and that compliments are a bit exaggerated. With my blog and videos I already had some people recognizing me in the streets. It became even more frequent with the Center. Sometimes when people ask if I am Tchonté, from Les Chroniques de Tchonté (the chronicles of Tchonté) or from Centre Eulis, I think about the article Mylène wrote on the struggles of being a kind of "well-known" blogger. I wouldn't change anything if it was possible. I love what I do, what I did and what I'm planning to do. I love sharing my actions hoping they will inspire others to dream big large and start small like Centre Eulis or The Box of Stéphane and Co. 
 

Yet I was still eager to leave. I needed to go away a bit after almost a year at home. I needed to leave to learn again from the world. To learn Mandarin and discover a culture very different from mine. I needed to leave for a place where I could be a little more myself because no one knows me. A place where I can test my limits and get out of my comfort zone. A place where I could take time to read a little more, write, learn, and share it with you. In all these adventures, I want to give but also learn from you. Don't hesitate to share, make suggestions and help me improve. And a "like" to help me be the best blogger of 2017 in Côte d'Ivoire is more than desirable http://eba.ci/les-chroniques-de-tchonte/.
 
Pay a visit to Centre Eulis, I will see you back there in few months in shaa Allah! 

Les Chroniques De Tchonté

Young African woman addicted to God, Books, Ice Cream, Travels, Writing and much more. I want to transform the education system in Cote d'Ivoire. Isn't that great or crazy? Fotamanan (Welcome in Senoufo) to my world. Take a seat!

READ MORE

    N'hésitez pas à partager et donner votre avis / Feel free to share and comment