- Pourquoi la Chine?

- Mon père voulait que j'apprenne le chinois et je voulais voyager.

- Wow, c'est la réponse la plus sincère que j'ai entendue!

 

Je ris, comme les autres personnes autour de la table. Le gars à ma gauche, qui a posé la question, est un camarade de classe Nigérian. Nous prenons tous deux des cours de Chinois pour débutants. À côté de lui, juste en face de moi, Joseph est également originaire du Nigeria. À ma droite, entre Joseph et moi, c'est Marie du Sénégal. Et non, l’autre gars ne s’appelle pas Jésus, même si cela aurait été plutôt drôle. C'est Victor. Nous mangeons nos sandwichs de Subway pendant la pause régulière de 15 minutes que nous avons tous les jours de classe. Il serait très facile de nous remarquer dès qu’on entre dans la salle. Au moins 95% des personnes qui nous entourent sont des Asiatiques, la plupart des Chinois. Comme d'habitude, nous prenons plus de 15 minutes. Dès que nous finissons de manger, nous retournons en classe où Yan Laǒshī (Professeur Yan) a déjà repris le cours.

 

Le temps passe si vite! Cela fait déjà plus de trois semaines que je suis arrivée en Chine. Je suis enfin habituée au fuseau horaire. Suzhou a 8 heures d'avance sur la Côte d'Ivoire. Cela signifie que chaque fois que je vais dormir, entre 23h et 2h, les gens au bercail sont en train de profiter de leur après-midi. Alors, qu'est-ce que je fais en Chine? La réponse que j'ai donnée à Victor est juste. Mon incroyable père m’encourage à apprendre le Chinois depuis 4 ans maintenant. Je n’étais pas vraiment intéressée jusqu'à ce que je réalise que j'adore voyager, apprendre, sortir de ma zone de confort et qu’apprendre la langue la plus parlée au monde pourrait être à la fois stimulant, amusant et un atout incroyable dans notre environnement mondial. Alors j'ai cherché une école en ligne et j'ai trouvé Xi'an Jiaotong-Liverpool University. J'ai eu un coup de foudre immédiat pour les images de l'école. Pour faire court, je me suis inscrite pour un semestre de cours de Chinois.
 

 

Venir à Suzhou n'a pas été aussi simple. D’Addis-Abeba à Shanghai, notre avion a eu des problèmes techniques. Nous avons atterri d'urgence quelque part et avons attendu les techniciens pendant plus de cinq heures. Au lieu de 15h40, nous avons atterri à Shanghai à 23h. J'ai raté la navette scolaire que je devais prendre à 18h30 pour Suzhou. J'étais seule, très tard dans la nuit, dans un pays dont je ne peux comprendre ni parler la première langue au-delà de «salut! »(Nǐ hǎo, 你好). Comme j’avais l’air perdue dans le hall de l'aéroport, un homme m'a approchée. Il m'a guidée vers un guichet automatique, puis m'a proposée de me trouver un hôtel pour la nuit. J’ai flippé un petit peu même si j’avais lu "aéroport" sur son étiquette. Je priais intérieurement pour que les choses se passent bien pendant que je le suivais. Je ne voulais pas lui donner l'argent de l'hôtel avant d'arriver là-bas. Avec deux autres voyageurs asiatiques, nous sommes montés dans sa voiture et il nous a déposé à un hôtel près de l'aéroport. La nuit nous a coûté 400 ¥, environ 61 $ ou 34 000 francs. La chambre était petite mais agréable. J'ai pris une douche et je n'ai pu dormir que vers 4h. Je me suis réveillée à 9h et je suis retournée à l'aéroport. À 14h, le bus de l’école a quitté Suzhou avec plusieurs autres étudiants étrangers.

 

Mon niveau de chinois est encore très bas pour l'instant, mais les cours sont rapides et amusants. Contrairement à ce que nous pourrions supposer, peu de chinois parlent anglais ici. Google Translate est mon meilleur ami et quand ça ne fonctionne pas, je fais juste des signes pour expliquer ce que je veux. Nous sommes 16 étudiants de plusieurs pays à travers le monde dont le Bhoutan, l'Allemagne, l'Australie, Maurice, la Corée, la Turquie, les États-Unis, la Thailande, le Kenya et bien plus encore. Nos professeurs sont deux jeunes dames très enthousiastes qui utilisent des activités de groupe, des jeux, des audios et des livres pour nous enseigner. Au cours de la première semaine, on nous a demandé de choisir un nom chinois. J'ai demandé à Sylvia, une étudiante Chinoise chargée de faciliter mon séjour, de m'aider à en trouver un. Elle a proposé 徐傲菡 (Xú  Ào Hàn) après que je lui ai dit que l'un de mes personnages de roman préférés est Kainene dans "Half of a Yellow Sun" de Chimamanda Ngozi Adichie. Kainene est une femme fière et sarcastique qui n'a pas peur de dire ce qu’elle pense.

 

Sylvia dit que 徐 (Xú ) est un nom de famille chinois sans signification particulière. 傲 (Ào) signifie être fier. Et 菡 (Hàn) est pour 菡萏 (Hàn Dàn) qui est une belle façon de dire «lotus» en Chine. Il peut être littéralement traduit par « fleur de lotus ». Le lotus est une fleur très significative en Chine. Plusieurs anciens poètes l’avaient en estime car ils trouvent qu’il symbolise la vitalité et suggère la vertu de l’homme. C’est populaire d’avoir de telles métaphores dans les noms des Chinois.

 

Cela dit, vous pouvez maintenant m'appeler 徐傲菡 (Xú Aò Hàn), ce qui signifie être fière, belle et forte.

 

Call me Xú  Ào Hàn 



- Why China?

- My dad wanted me to learn Chinese and I wanted to travel.

- Wow, that's the most honest answer I heard!

 

I laugh, like the other people around the table. The guy on my left, that asked the question, is a Nigerian classmate. We are both taking a Chinese course for beginners. Next to him, right in front of me, is Joseph, also from Nigeria. On my right, between Joseph and I, is Mary from Senegal. And no the other guy's name is not Jesus, even though it would have been pretty funny. It's Victor. We are eating our Subway sandwiches during the regular 15 min break we have every day of class. It would be very easy to notice us as soon as you enter the room. At least 95% of the people surrounding us are Asians, most of them Chinese. As usual, we take more time than 15 min. As soon as we are done eating, we go back to the classroom where Yan Laǒshī (Teacher Yan) has already resumed the class.

 

Time flies so fast! It has already been more than three weeks since I arrived in China. I finally got used to the time zone. Suzhou is 8 hours in advance from Côte d'Ivoire. It means that every time I go to sleep, between 11pm and 2 am, people back home are now enjoying their afternoon. So what am I doing in China? The answer I gave to Victor is right. My amazing dad has been encouraging me to learn Chinese for 4 years now. I didn't really see an interest in it until I realized I love traveling, learning, getting out of my comfort zone, and that learning the world most spoken language could be both challenging, fun, and an incredible asset our global environment. So I looked for a school online and found Xi'an Jiaotong-Liverpool University. I had an immediate crush with the pictures of the school. Long story short, I registered for a semester to learn Chinese.
 

 


Coming to Suzhou hasn't been so simple. From Addis Ababa to Shanghai, our plane had some technical issues. We landed urgently somewhere and waited for the technicians for more than five hours. Instead of 3:40 pm, we landed in Shanghai at 11pm. I missed the school shuttle I was supposed to take at 6:30pm for Suzhou. I was by myself, very late at night, in a country whose first language I can't speak nor understand beyond « hi! » (Nǐ hǎo, 你好). As I seemed lost in the hall of the airport, a man approached me. He guided me to an ATM machine, and then proposed to find me a hotel for the night. I freaked out a little bit even though I read "airport" on his name tag. I prayed internally for things to turn out okay while following him. I didn't want to give him the hotel money before getting there. With two other Asian travelers, we got into his car and he dropped us in a hotel near the airport. The night cost us ¥400, around $61 or 34.000 xof. The room was small but nice. I took a shower and was only able to sleep around 4am. I woke up 9 and went back to the airport. At 2pm the school shuttle left for Suzhou with a bunch of other international students.

 

My Chinese is still poor for now but the classes are fast and fun. Contrarily to what we could assume, few Chinese people speak English here. Google Translate is my best friend and when it doesn't work, I just use sign language to explain what I want. We are 16 students from countries all over the world, including Bhutan, Germany, Australia, Mauritius, Korea, Turkey, United States, Thailand, Kenya, and much more. Our professors are two young and very enthusiastic ladies that use group activities, games, audio and books to teach us. During the first week, we were asked to choose a Chinese name. I asked my Chinese buddy, a student that is assigned to facilitate my journey, to help me find one. She proposed 徐傲菡 (Xú  Ào Hàn) after I told her one of my favorite novel characters is Kainene from "Half of a Yellow Sun" by Chimamanda Ngozi Adichie. Kainene is a proud sarcastic woman who is not afraid to speak her mind.
 

 

Sylvia, my buddy, told me that 徐 (Xú ) is a Chinese last name with no special meaning. 傲 (Ào) means being proud. And 菡 (Hàn) is for 菡萏, (Hàn Dàn) which is a beautiful way of saying 'lotus' in China. It can be literally translated as "lotus blossom". The lotus is a very meaningful flower in China. Many old poets thought highly of it for they think lotus symbolizes vitality and suggest people’s virtue. It's popular for Chinese to have such metaphors in their names.

 

That being said, you can now call me 徐傲菡 (Xú Ào Hàn) which means being proud, beautiful and strong.

 

 


 

Les Chroniques De Tchonté

Young African woman addicted to God, Books, Ice Cream, Travels, Writing and much more. I want to transform the education system in Cote d'Ivoire. Isn't that great or crazy? Fotamanan (Welcome in Senoufo) to my world. Take a seat!

READ MORE