J'ai découvert Emile Bela à travers son blog Chroniques des temps nouveaux. C'est mon collègue bookstagrammer et j'espère qu'il vous inspirera autant qu'il m'inspire :)

Je suis…
Emile Bela, jeune africain de nationalité ivoirienne appartenant à l’ethnie Baoulé. Chrétien évangélique. Titulaire d’une Maîtrise en Etudes Américaines et d’un Master en Ethique et Gouvernance. Je suis fonctionnaire dans une organisation internationale.
 
Mais encore…
Je suis activiste social et spécialiste en coopération et développement international. Passionné d’écriture, de lecture, de géopolitique et de musique.
 
Mon histoire avec la lecture…
Mon père voulait que je sois un banquier. Ma mère, un médecin. Moi, je voulais être un artiste chanteur. J’arrêtais de chanter soit quand je dormais, ou quand j’étais à table. Tous ceux qui m’ont vu pendant mon enfance sont unanimes que je chantais beaucoup. J’en garde quelques restes et j’aime vraiment la musique.  

Papa nous obligeait, ma sœur aînée, mon neveu et moi chaque soir à étudier. Quand tu restais silencieux, il se disait que tu n’étudiais pas. Il me fallait donc un moyen pour le lui « prouver ». Et comme c’est plus facile de chanter en lisant qu’en faisant les maths, j’ai choisi la lecture. Mon livre de lecture était mon préféré. Je transformais en chansons les « Mariam joue à la balle » « C’est la jolie moto de Papa » etc. Je lisais à haute voix. Ma sœur me pinçait pour me faire taire. Je continuais. Ça impressionnait papa et le lendemain, j’avais droit à une petite faveur, ce qui me motivait davantage. Ç’a développé progressivement une fierté en lui pour moi, m’a mis en confiance, renforcé mon niveau et à mesure que je grandissais, je suis resté attaché à la lecture, aux livres.

Cependant, je n’appelais pas ça vraiment une passion, car c’est en classe de 4eme que la lecture est devenue une partie de moi-même lorsque nous avions étudié le fameux roman, « Les Frasques d’Ebinto » d’Ahmadou Koné. Quand le prof voulait une bonne lecture, à haute voix, toute la classe me désignait. Mais, ce qui m’a accroché, c’est la trame de l’histoire… Aujourd’hui, je considère cette œuvre comme le déclic réel de ma passion pour les livres, c’est pourquoi, mon genre littéraire préféré reste le roman…


 
Quand je ne lis pas…
J’écoute la musique ou je chante, sauf que je ne sais pas danser.  Je suis les chaînes d’actualité pour m’informer de ce qui se passe ailleurs. Ces informations motivent des sujets sur lesquels j’écris soit sous un angle international ou local, c’est à dire en rapprochant le sujet à mon milieu de vie proche. Je suis beaucoup casanier, donc quand je ne fais rien de tout ce qui précède, je dors. Au réveil, je passe du temps avec ma famille, mes amis (en ligne, dans le contexte actuel) ou je regarde des films. J’aime les films d’enquête ou les séries de procès (Suits) ou encore les films commandos. Ces préférences, pour les stratégies que les acteurs développent. Je regarde un film comme je lis un livre, un bloc note et un stylo en main. 
 
Le dernier livre que j’ai lu…
« L’homme qui voulait être heureux » de Laurent Gounelle. Un petit bouquin, facile à lire et très instructif pour apprendre à se découvrir soi-même et jouir de son bonheur à partir de petites choses. Le livre enseigne aussi le pouvoir de la pensée positive, l’effet que nos appréhensions ont sur nos relations avec les autres et sur notre bonheur.

Des coups de cœur… 
Les œuvres comme « Les prisonniers de la Haine » de Venance Konan, un chef d’œuvre à distribuer pour comprendre la société, les hommes qui la font et comment la haine naît et grandit dans le cœur des hommes brimés et incapables de se défendre.

« Les matins orphelins » de Foua Ernest De Saint Sauveur, (pour son style, la trame de l’histoire qui expose l’arrogance des hommes financièrement aisés et la situation des femmes qui sont leurs victimes).

« How Europe Underdevelopped Africa » de Walter Rodney, (pour avoir dans un seul document, un ensemble de facteurs qui expliquent comment le colonialisme a impacté sur l’Afrique même plusieurs décennies après).

« The Richest Man in Babylon » de Georges Clason (pour avoir une meilleure compréhension et des alternatives pour faire face aux problèmes financiers dont très souvent nous sommes confrontés). 

Une anecdote particulière avec le livre ? Un mot de fin ?
Chaque fois que je termine un livre, j’éprouve une forte envie d’écrire le mien. Il y a seulement qu’à la différence de la lecture, l’écriture demande plus d’efforts et je crois que j’ai encore besoin de concentration pour y arriver…

 
Emile Bela: He is African and he reads


I discovered Emile Bela through his blog Chroniques des temps nouveaux. He is my bookstagrammer colleague and I hope he'lls inspire you as much as he inspires me :)

I am…
Emile Bela, young African with an Ivorian nationality belonging to the Baoule ethnic group. Evangelical Christian. Holds a Master in American Studies and a Master in Ethics and Governance. I am an official in an international organization.
 
What else…
I am a social activist and specialist in cooperation and international development. Passionate of writing, reading, geopolitics and music.

My story with books...
My dad wanted me to be a banker. My mother, a doctor. I wanted to be a singer. I stopped singing either when I was sleeping or eating. All the people who saw me during my childhood are unanimous on the fact that I sang a lot. I still have some leftovers and I really love music.

Dad forced us, my older sister, my nephew and I, to study every night. If  you remained silent, he thought you were not studying. So I needed a way to “prove” it to him. And since it's easier to sing while reading than doing math, I chose reading. The school reading book was my favorite. I transformed the every sentences into songs. I read loudly. My sister pinched me to keep quiet. I continued. It impressed dad and the next day I was entitled to a small favor that motivated me even more. It gradually developed his pride, gave me confidence and improved my level and as I grew older, I remained attached to reading, books.

However, I didn’t really call that a passion because it’s in 8th grade that reading became a part of myself when we studied the famous novel “Les frasques d’Ebinto” by Ahmadou Koné. When the teacher wanted a good, aloud reading, all the class pointed at me. But what hooked me was the plot of the story… Today I consider this book as the real turning point of my passion for books. That’s why novel remains my favorite literary genre…
 
When I don’t read...
I listen to music or I sing, but I can’t dance. I follow the news channels to stay tuned on what’s happening elsewhere. These information inspire subjects on which I write either with an international angle or a local one, meaning by bringing the subject to my living environment. I am a homebody, so when I don’t do anything of all of the above, I sleep. Upon awakening, I spend time with my family, my friends (online, like right now) or I watch movies. I like investigation movies or trials series (suits) or commando movies. I love them because of the strategies that the actors develop. I watch a movie as I read a book, with a notepad and a pen in hand. 

 

The last book I read…
« The man who wanted to be happy » by Laurent Gounelle. A small book, easy to read and very informative to learn to discover ourselves and enjoy our happiness from little things. The book teaches also the power of positive thinking, the effect that our apprehensions have on our relationships with others and on our happiness. 

Some of my favorites…
Books like « Les prisonniers de la Haine » by Venance Konan, a masterpiece that should be distributed to understand society, the people that builds it and how hate starts and grows in the heart of bullied men unable to defend themselves.

“Les matins orphelins” by Foua Ernest De Saint Sauveur, (For his style, the plot of the story that exposes the arrogance of men financially well-off and the situation of women who are their victims).

“How Europe Underdevelopped Africa” by Walter Rodney, (to have in a single document, a set of factors that explain how colonialism impacted Africa even several decades later).  

“The Richest Man in Babylon” by George Clason (to have a better understanding and alternatives to address the financial problems that we often face).

Any anecdote with books or your last words?
Every time I finish a book, I feel a strong urge to write my own. The only difference is that unlike reading, writing requires more efforts and I think I still need more concentration to get there…
 

 

Les Chroniques De Tchonté

Young African woman addicted to God, Books, Ice Cream, Travels, Writing and much more. I want to transform the education system in Cote d'Ivoire. Isn't that great or crazy? Fotamanan (Welcome in Senoufo) to my world. Take a seat!

READ MORE
  1. Ca fait vraiment plaisir de voir qu'il y a encore de telles personnes. Ca fait un grand bien. Vivement que l'on puisse réussir à communiquer cette passion aux autres autour de nous.