J'ai fini "La fille du Roi Araignée" en deux jours. J'aurais pu finir encore plus vite si je ne passais pas mon temps à réactualiser les pages d'accueil de Facebook, Twitter et Instagram. Je devais le finir au plus vite pour le rendre au propritétaire. La tâche n'a pas été difficile. Le style d'écriture est simple et l'histoire entraînante. Entâchée de plus d'une erreur grammaticale certes, mais assez intéressante pour me donner envie de vous recommander le premier roman de Chibundu Onuzo. 
 
Elle est la fille du quinzième homme le plus puissant du Nigéria. Il vend des sachets de crème glacée aux automobilistes. Ils n'auraient jamais dû se parler et encore moins s'aimer. Mais il a fallu d'un regard et d'une course derrière sa voiture, pour qu'Abike Johnson, soit intéressée par un colporteur. Abike joue constamment à un jeu de Frustration avec son père pour lui démontrer qu'elle n'est pas aussi faible que ses demi-frères et soeurs. L'Abike que connait le colporteur est différente de celle que voient les autres membres de son entourage. Elle est riche et manipulatrice. Il est pauvre et soucieux du bien être de sa famille. Abike et le colporteur semblent prêts malgré tout à briser les barrières sociales, lorsque des révélations gênantes surgissent du passé. 
 
C'est la deuxième fois que je parcours un livre avec l'impression que la traduction en Français ne rend pas honneur à l'original. La première fois c'était avec "Voici venir les rêveurs" d'Imbolo Mbue. C'est difficile de comparer sans avoir lu les versions en anglais mais certaines tournures de phrases me font croire que les traductions sont moins bien. J'ai été déçue qu'il y ait des "s" en trop ou manquants à certains mots ou des mots qui de toute évidence n'auraient pas dû se trouver à certains endroits. C'est peut être dû à des inattentions pendant la saisie mais ça affecte le travail de l'Edition. La fille du Roi Araignée" est tout de même un bon livre pour les jeunes adultes. Les personnages principaux ont 17 et 18 ans et Chibundu Onuzo était elle-même âgée de 17 ans lorsqu'elle a commencé à l'écrire. La valeur n'attend point...
 
 
Les situations sont vues et vécues selon les perspectives d'Abike et du Colporteur. C'est comme dans "Famous". J'ai aimé le fait de pouvoir entrer dans la tête des deux protagonistes. Ils voyaient naturellement le monde de manière différente avec différentes informations à leur disposition. En lisant on a le privilège de suivre les péripéties avec les deux points de vue. Chibundo et sa plume nous entraînent dans ce que Lagos a de plus beau et de plus triste. On découvre aussi bien la vie des gosses de riches dans leurs châteaux que celles des mendiants et des colporteurs qui se nourrisent dans les gargotes des Mama Put. Pouvoir, argent, et famille sont les thèmes principaux du roman, avec l'amour qui tente de se créer une place. La fille du Roi Araignée est-elle faite pour une histoire d'amour avec un marchand ambulant? Chibundu Onuzo vous le dira quand vous lirez.

Je compétis pour le prix de la meilleure blogueuse 2017 de Côte d'Ivoire. Laissez un "j'aime" pour me propulser sur le podium. 
 


The Spider King's daughter


I finished the French version of "The Spider King's Daughter" in two days. I could have finished even faster if I did not spend my time updating Facebook, Twitter and Instagram home pages. I had to finish it as soon as possible to give it back to the owner. The task was not difficult. The writing style is simple and the story enthralling. Entasked by more than one grammatical error certainly, but interesting enough to make me want to recommend the first novel of Chibundu Onuzo.
 
She is the daughter of the fifteenth most powerful man in Nigeria. He sells ice cream to motorists. They should never have spoken to each other, let alone love each other. But it took a look and a run behind her car, for Abike Johnson, to get interested in a peddler. Abike constantly plays a Frustration game with her father to show him that she is not as weak as her half-brothers and sisters. The Abike that the pedlar knows is different from the one seen by the other members of her entourage. She is rich and manipulative. He is poor and concerned about the well-being of his family. Abike and the pedlar seem, nevertheless, ready to break the social barriers, when embarrassing revelations arise from the past.
 
This is the second time I went through a book with the impression that the French translation doesn't honor the original. The first time was with "Behold the dreamers" by Imbolo Mbue. It's hard to compare without reading the English versions, but some sentences make me think that the translations are not as good. I was disappointed that there were unecessary or missing "s" to some words and other words that obviously should not have been in some places. It may be due to lack of attention during the input but it affects the work of the Edition. I don't know how the pidgin writing looks like in the original version but the "bad French" didn't thrill me and it's not because I would have prefered a polished one. Yet "The Spider King's daughter" is still a good book for young adults, the main characters are 17 and 18 and Chibundu Onuzo was 17 years old when she started writing it. Valor doesn't await...
 
 
The situations are seen and lived through the the perspectives of Abike and the pedlar. It's like in "Famous". I liked being able to get into the heads of both protagonists. They naturally saw the world differently with different information at their disposal. While reading, we have the privilege of following the adventures from both points of view. Chibundo and her pen lead us into the most beautiful parts of Lagos as well as the sadder ones. We can discover the lives of the rich kids in their castles as well as those of the beggars and peddlers who eat at Mama Put's restaurants. Power, money, and family are the main themes of the novel, with love trying to create a place for itself. Is the daughter of the Spider King made for a love affair with a street vendor? Chibundu Onuzo will tell you when you read it.
 
I am competing for the prize of the best blogger of 2017 Côte d'Ivoire. Leave a "like" to propel me to the podium.

 

Les Chroniques De Tchonté

Young African woman addicted to God, Books, Ice Cream, Travels, Writing and much more. I want to transform the education system in Cote d'Ivoire. Isn't that great or crazy? Fotamanan (Welcome in Senoufo) to my world. Take a seat!

READ MORE

    N'hésitez pas à partager et donner votre avis / Feel free to share and comment