C’est la curiosité qui a guidé mes pas le Vendredi 28 Octobre à la Maison des Architectes à Cocody. Dans une salle pleine d’hommes et de femmes pour la plupart en tenue de business, Bénédicte Janine Kacou Diagou est entrée vêtue d’un ensemble noir décontracté et d’une paire de baskets blanches. Sa simplicité et sa fougue n’avaient rien à voir avec l’image que je me faisais d’elle. Ok…en vrai je n’avais aucune image d’elle. Je savais uniquement qu’elle est DG du groupe NSIA et fille du fondateur Jean Kacou Diagou. Le reste, je l’ai découvert à la première édition des BJKDs. 

 

Les BJKDs sont les rendez vous de Bénédicte Janine Kacou Diagou pour rencontrer ses amis et abonnés des réseaux sociaux. La première édition était focalisée sur son parcours personnel et ses passions. Pour les procaines à venir, nous devons nous attendre à la voir partager la scène avec d’autres leaders Africains. Mère de deux garçons, business angel, passionnée d’art, de musique, de lecture, et de bien d’autres choses, Janine se considère comme une personne têtue. Il lui a fallu trois mois de réflexion et d’âpres discussions avec son père pour accepter de poursuivre des études de Management en France alors qu’elle voulait à la base faire de la médecine. 

 

Janine est née en 1973 à Cocody. Elle a fait ses premiers pas auprès de sa grand mère maternelle à Blockhaus entre manioc, attiéké et poissons fumés. Elle grandit à Abidjan jusqu’à ce que des troubles politiques l’amènent à faire le lycée à Dakar. Pour la première fois, Janine découvre une nouvelle culture et de nouvelles habitudes. Loin de sa vie « dorée » d’Abidjan, elle cherche à s’intégrer dans son nouvel environnement. Ses premières actions de leader commencent quand elle décide d’être chef de classe à la stupéfaction de tous les élèves de l’école. D’Abidjan à Dakar et plus tard en France, Janine a la chance de faire de brillantes études. Après plusieurs expériences dans diverses entreprises, elle commence à travailler à NSIA en 1999, 4 ans après sa création. Depuis Mars 2015, Janine est DG du groupe NSIA. 

 

 

 

Aussi intéressante qu’était l’histoire de BJKD je me demandais si elle n’avait jamais eu de doute sur la légitimité de sa position ou de son succès. Dans une Côte d’Ivoire où le népotisme fait rage dans l’administration publique, qu’est ce qui peut bien se passer dans une entreprise privée et surtout familiale. Janine dit n'avoir jamais pensé qu’elle doit son poste à sa filiation avec son père. « Au contraire, j’ai parfois douté d’être la fille du monsieur » dit-elle sur un ton plein d’humour. Loin de la caresser dans le sens du poil, Jean Kacou Diagou semblait beaucoup plus difficile avec sa fille que les autres employés. Janine a dû faire de nombreuses concessions en gravissant les échelons de la compagnie. D’ailleurs elle a à trois reprises déposé sa lettre de démission sans succès.

 

Après ce rendez vous avec BJKD, je retiendrai l’importance de la pérennité des entreprises familiales. Pour Janine, il faut que les parents intéressent leurs enfants à leurs activités pour s’assurer qu’ils prendront la relève. Elle même initie déjà son fils au monde des services financiers pour qu’il puisse plus tard travailler à NSIA. Avant ce jour, je me demandais si je finirais un jour par rejoindre la société de mon père. Je pense aujourd’hui que comme mes frères et soeurs, je dois contribuer à maintenir cette entreprise à laquelle il a consacré des années de sa vie et qui nous a nous même nourrit. Mais il ne s’agit pas d’hériter d’un bien qui nous reviendrait de droit. Nous devons étudier, apprendre et travailler d’arrache pied pour mériter chaque laurier. 

 

Cette première édition des BJKDs était magnifique mais j’ai l’impression qu’il y a encore beaucoup de choses à découvrir sur le personnage de Bénédicte Janine Kacou Diagou. J’espère que les prochaines éditions seront pleines de surprises.

Credit photo: Page facebook de Bénédicte Janine Kacou Diagou

 

 

The rendezvous of Benedicte Janine Kacou Diagou 

 


It's curiosity that led me on Friday, October 28 at the House of Architects in Cocody. In a room full of men and women, mostly dressed in business attire, Benedicte Janine Kacou Diagou came in wearing a casual black outfit and a pair of white baskets. Her simplicity and spirit had nothing to do with the image I had of her. Ok ... in reality I din’t have any specific idea about her character. I only knew she is the CEO of NSIA group and the daughter of the founder Jean Kacou Diagou. For the rest, I found about it during the first edition of the BJKDs. 

 

The BJKDs are the rendezvous of Janine Benedicte Kacou Diagou to meet her friends and followers on social networks. The first edition was focused on her personal journey and her passions. For the ones to come, we should expect to see her sharing the stage with other African leaders. Mother of two boys, business angel, passionate about art, music, reading, and much more, Janine qualifies herself as a stubborn person. It took her three months of reflection and heated discussions with her father to agree to pursue management studies in France while she initially wanted to study medicine.

 

Janine was born in 1973 in Cocody. She made her first steps with her maternal grandmother at Blockhaus between cassava, attiéké, and smoked fish. She grew up in Abidjan until some political unrests led her to continue her high school in Dakar. For the first time, Janine discovers a new culture and new habits. Far from her « golden" life in Abidjan, she tries to integrate into her new environment. Her first leadership actions begin when she decides to be the head of her class to the amazement of all students in the school. From Abidjan to Dakar and later in France, Janine has the chance to make brilliant studies. After several experiences in various companies, she began working at NSIA in 1999, 4 years after its creation. Since March 2015, Janine is the CEO of NSIA group.

 

 


 

As interesting as the story of BJKD was, I was wondering if she ever had some doubts about the legitimacy of her position and success. In Cote d’Ivoire, where nepotism raged in the public administration, what is going on in private companies and especially a family business? Janine said she has never thought she owed her position to her affiliation with her father. "On the contrary, I sometimes doubted to be the daughter of the gentleman," she said in a tone full of humor. Far from giving her any privilege, Jean Kacou Diagou seemed much more demanding with his daughter than other employees. Janine had to make many concessions while climbing the ladder of the company. Besides, she filed a letter of resignation three times without success.

 

After this rendezvous with BJKD, I will remember the importance of the continuity of family businesses. For Janine, parents should engage their children to their activities early on to ensure that they take over. She already started to initiate her son to the world of financial services so that can later work at NSIA. Before that day, I wondered if I would ever join my father's company. Today I think that as my brothers and sisters, I need to contribute to maintain  the company to which he dedicated years of his life and that also fed us. But it is not about inheriting a property that belong to us. We have to study, learn and work very hard to earn each laurel.

 

The first edition of the BJKDs was beautiful but I feel like there is still much more things o discover about the character of Janine Benedicte Kacou Diagou. I hope that the future editions will be full of surprises.

Credits: Facebook page of Bénédicte Janine Kacou Diagou

Les Chroniques De Tchonté

Young African woman addicted to God, Books, Ice Cream, Travels, Writing and much more. I want to transform the education system in Cote d'Ivoire. Isn't that great or crazy? Fotamanan (Welcome in Senoufo) to my world. Take a seat!

READ MORE
  1. Vous voudrez bien faire attention aux faux-amis lorsque vous passez d'une langue à une autre. Le mot "rendez-vous" exprime-t-il la même idée en français et en anglais?

    • Hello Dewanou, merci pour la remarque. Oui le mot rendez-vous ici à le même sens qu'en français. Voir lien http://dictionary.cambridge.org/dictionary/english/rendezvous

  2. Je souhaite longue et heureuse vie a BJKD

  3. j ai adoré l'idée dégagée " la pérennité des entreprises familiales "

  4. Ton article est beau. Du coup tu donnes envie à ceux qui ont raté l'affaire de se rattraper ! Bravo