Les mains qui tremblent, les pieds qui se cognent, le coeur qui bat de plus en plus vite… soit je suis en face de l’homme de ma vie, soit je m’apprête à sortir de ma zone de confort. Je suis de retour dans mon ancienne université. C’est le premier jour de classe et j’ai deux cours de Business ce lundi-là. Beaucoup de choses ont changé. Je me perds plusieurs fois entre les bureaux et les salles de classe. Je me sens toute gauche. Je suis sûre que tout le monde peut remarquer à quel point j’ai la tremblote. Je suis à Bassam. Cette ville me colle à la peau. J’y ai obtenu mon BEPC puis passé mes deux premières années d’université. Ça ne me surprendrait pas que je m’y installe plus tard. En attendant, je vis encore à Yopougon et je dois faire 2h de route à chaque fois pour me rendre à l’université…. 

 

« Les premiers jours de cours se passent bien? 

Je lève ma tête de mon ordinateur. Je souris et je réponds à l’homme que tout se passe bien grâce à Dieu.


- Dans les débuts c’est un peu difficile mais ça va aller, me dit-il plein de compassion.
- Oui c’est vrai. 
- Tu es nouvelle? 
- Oui mais en fait je suis professeur. 

 

L’homme me regarde l’air ébahi. Il a du mal à me croire. J’ai envie de rigoler mais je me contente de sourire. Je maintiens que je suis professeur. Il est surpris. Comme beaucoup d’autres d’ailleurs. Il parait que je fais tellement jeune! Moi qui commençais déjà à trouver que je prends de l’âge, les trois derniers mois m’ont plongée dans une fontaine de jouvence. 

 

Tout est allé super vite. J’ai obtenu mon Master, je suis rentrée à Abidjan et j’avais envie d’acquérir de l’expérience dans l’éducation. Je veux qu’on arrête de présenter l’école comme un endroit de torture où le plus important est d’avoir des bonnes notes. Pour moi, le plus important est d’apprendre et d’aimer découvrir. Pleine de rêves et de bonnes intentions, je me demandais comment côtoyer des jeunes pour leur transmettre l’envie d’apprendre. Quel meilleur endroit pour commencer que là où mon propre voyage a débuté?

 

Dieu merci j’étais bonne élève à IUGB et j’ai obtenu tous mes diplômes avec Distinctions. Résultat, les doyens m’ont accueillie les bras ouverts. Seulement bémol! Ne croyez pas que derrière mes écrits et toutes mes pseudo-activités j’ai une confiance en moi inébranlable. Alors là pas du tout! Ça m’arrive très souvent de douter. Je me demandais comment réagirait les étudiants, surtout ceux plus âgés que moi. Est-ce que je serais capable de leur transmettre quelque chose? Est-ce que je suis bien placée pour leur apprendre quoi que ce soit? Pour balayer ces mauvaises pensées j’ai repensé à pourquoi je voulais faire ça. 

 

Pendant mon propre parcours d’étudiante, je me suis rendue compte que j’étudiais beaucoup plus pour les bonnes notes que par plaisir. Pendant mes dernières années d’université, j’ai eu la chance de rencontrer certains professeurs qui ont bouleversé cette habitude. A travers les exposés, les études de cas, les recherches, et certaines activités de développement personnel, ils m’ont aidé à être au coeur de mon apprentissage. Pour moi, l’école n’est plus cet endroit où l’on s’assoit pendant plusieurs heures pour écouter un individu. Il faut désormais que ça soit une cour de jeu interactive. Je recherche donc à être beaucoup plus une facilitatrice qu’une instructrice. 

 

Les débuts se sont faits pas à pas avec leurs difficultés mais mes étudiants ont été géniaux et n’ont pas hésité à me donner des conseils pour améliorer mes cours. Mes mains et mes pieds ne tremblent plus. Mon coeur a repris un rythme normal. Je suis en congés et je devrais reprendre en janvier in chaa Allah. Mon jeune âge ne m’a plus l’air d’être une barrière, bien au contraire. Il me rappelle que dans la vie tout comme dans cette salle de classe, on a tous quelque chose à apprendre des autres.

 

Oups I am a professor! 


Lmao, I just gave my first quiz! 
 

Hands shaking, feet bumping, the heart beating faster and faster... I am either in front of the man of my life, or I am about to leave my comfort zone. I'm back in my former university. It’s the first day of class and I have two business courses this Monday. Many things have changed. I get lost several times between the offices and the classrooms. I feel very clumsy. I'm sure everybody can notice how much I tremble. I'm in Bassam. This city sticks to my skin. I passed my BEPC exam here and later spent my first two years of college. It would not be a surprise to me if I settle down here later. In the meantime, I still live in Yopougon and I have 2 hours of road each time to go to the university …. 

 

« Are your first days of classes going well?

I lift my head off my computer. I smile and reply to the man that everything is going well thanks to God.


- It’s a little bit difficult at the beginning but things will get better, he tells me full of compassion.
- Yes, it's true.
- Are you new here? 
- Yes, but I'm actually a professor.

 

The man looks at me in amazement. He has a hard time believing me. I want to laugh, but I just smile. I maintain that I am a teacher. He is surprised. Like many others for that matter. It seems that I’m too young! I had already begun thinking that I was getting older, and the last three months had plunged me into a fountain of youth.

 

Everything went super fast. I got my Master, I returned to Abidjan and I wanted to gain some experience in education. I want us to stop presenting school as a place of torture where the most important thing is to have good grades. For me, the most important is to learn and love discovering things. Full of dreams and good intentions, I wondered how to rub shoulders with young people to transmit the desire to learn. What better place to start than where my own journey began?

 

Thanks God, I was a good student at IUGB and I got all my diplomas with Distinctions. As a result, the deans welcomed me with open arms. Only one small problem! Do not think that behind my writings and all my pseudo-activities I have an unshakeable self-confidence. It’s not the case at all! I sometimes have doubts. I wondered how the students would react, especially those older than me. Would I be able to transmit anything to them. Am I in a good position to teach them anything? To sweep away those bad thoughts I started to think again about why I wanted to do that.

 

During my own journey as a student, I realized that I was studying a lot more for getting good grades than for pleasure. During my last years at university, I had the chance to meet some professors who changed this habit. Through presentations, case studies, research, and some personal development activities, they have helped me to be at the heart of my learning process. For me, school is no longer this place where one sits for several hours to listen to an individual. It must now be an interactive playground. So I'm looking to be much more of a facilitator than an instructor.

 

The beginnings have been done step by step with their difficulties but my students were great and didn’t hesitate to give me some advices to improve my courses. My hands and my feet no longer tremble. My heart has returned to a normal rhythm. I am now in a break and will go back in January in chaa Allah. My young age doesn’t seem to be a barrier anymore, quite the contrary. It reminds me that in life as in this classroom, we all have something to learn from others.

Les Chroniques De Tchonté

Young African woman addicted to God, Books, Ice Cream, Travels, Writing and much more. I want to transform the education system in Cote d'Ivoire. Isn't that great or crazy? Fotamanan (Welcome in Senoufo) to my world. Take a seat!

READ MORE
  1. C'est épatant ce que tu fais ma sœur, suis toujours ravie quand je te lis ,j'ai adorée Tchonté bon vent pour la suite.

  2. Thank you for your text. I share your point of view. I think that it is better to learn without stress. We retain more easily. Merci Tchontee

  3. Rhoooolala j'ai adoré

  4. this is so inspiring ! there is no exact age to start whatever we want...