Petite j’aimais bien demander le pourquoi de certaines superstitions. Pourquoi on ne doit plus se laver à partir d’une certaine heure, pourquoi est-ce qu’on ne doit pas laisser notre chaussure retournée à l’envers et beaucoup d’autres choses… Souvent on me répondait « parce que c’est pas bon ». Parfois on me disait que j’aime trop poser des questions. En grandissant je pense que je devenais moins curieuse. Enfin je le suppose. Mais chassez le naturel et il revient au galop. Je ne sais pas si c’est mon expérience en occident ou le genre de livres que je lis maintenant, mais je me pose de plus en plus de questions sur certaines normes établies.  

 

Pourquoi devrais-je porter le nom de mon futur mari? J’en vois certains hurler devant leur écran d’ordinateur « à mort le féminisme ». Si ça vous fait mal que je réfléchisse, rassurez vous, c’est mon cerveau que je fatigue, pas le votre. J’ai découvert il y a quelques mois que Chimamanda Ngozi Adichie (oui encore elle) a décidé de ne pas porter le nom de son époux, et même de continuer à se faire appeler « mademoiselle ». Je ne m’étais jamais demandé avant cela si la femme doit porter obligatoirement le nom de son mari. Pour moi c’était tout à fait normal. C’est ce que j’ai toujours observé autour de moi. 

 

Avec internet aujourd’hui, chaque fois que je me pose des questions je les partage sur Twitter ou/et demande à Google. J’ai donc demandé « est ce qu’une femme doit forcément porter le nom de son mari après le mariage » et « est-ce que vous accepteriez que votre épouse garde son nom de famille plutôt que de prendre le votre? » Certains hommes m’ont dit que ça ne leur poserait pas de problème. D’autres que ça les gênerait mais tant que leurs enfants portent leur nom à eux, ça peut aller. Pour plusieurs, il n’en est pas question. Alors j’ai essayé de comprendre pourquoi ce non catégorique.  

 

On m’a parlé du fait que la femme quitte ses parents pour fonder une nouvelle famille. L’époux étant le chef de la famille, il est donc normal que la femme porte son nom. En plus monsieur paie une dot et une ou des bagues de 10,000 carats qu’il lui offrira pour leurs fiançailles et leur mariage. Quand on paie le prix fort pour qu’une femme nous appartienne, la moindre des choses est qu’on lui appose notre marque… Enfin, certains m’ont dit que c’est la coutume.  Ça m’a amené à me demander depuis quand est ce que c’est la coutume. Surtout en Afrique…  

 

Est ce qu’avant le mariage dit légal venu avec la colonisation, nos mamans se faisaient appeler par le nom de leur époux? J’ai souvent entendu et lu dans les livres africains « Y fille de Z » ou « Y mère de V », mais rarement « Y femme de X ». Je vous prie de m’éclairer sur le sujet. Selon mes recherches et ce qu’une jeune dame m’a expliqué sur twitter, cette tradition a plusieurs sources. A Rome, le nom de famille avait des fonctions spéciales comme la détermination de la noblesse d’un individu. Porter le nom de son époux permettait de déterminer le statut d’une femme dans la société. De plus dans bon nombre de pays, la femme n’avait pas de statut juridique avant. Elle était considérée comme incapable. Au 19ème siècle, lorsqu’une femme se mariait, le nom de son époux remplaçait automatiquement son nom de naissance, car le mari avait alors des droits sur elle. 

 

Personnellement je n’ai pas été satisfaite par les réponses. Je pense que Mademoiselle X est libre de devenir Madame Y. Mais en quoi est-ce que ça gêne qu’elle ne rajoute pas Y sur ses documents administratifs après le mariage? Au-delà des arguments, j’ai été déçue par la manie de certains de ridiculiser les réflexions avec lesquelles ils sont en désaccord. Ce matin j’ai vu un tweet citant le mien qui disait « après ça va demander pourquoi son mariage ne fonctionne pas. » Je n’y ai pas répondu. J’ai plutôt décidé d’honorer l’auteur et les autres qui le rejoignent par cet article. En quelque sorte, ils voudraient qu’on ne remette pas certaines choses en question. Mettez votre mépris pour le féminisme de côté. Laissons nos émotions et les réponses du style « parce que c’est comme ça ». Discutons, restons sur nos positions, mais au moins prenons la peine de réfléchir et de se poser des questions. C’est comme ça qu’une société évolue. 
 

Why should I bear my futur husband's name?
 


 


As a child I liked asking questions about some superstitions. Why shouldn’t we take a bath late at night, why shouldn’t we leave our shoes upside down and many other things… Often, the only answer I would get was "because it is not good". Sometimes I was told that I was asking too many questions. Growing up I think I became less curious. Well, I assume I did so. But you know the leopard doesn't change its spots. I can't tell if it's due to my experience in western countries or to the kind of books I'm reading now, but I'm asking myself more and more questions about some of the established standards. 

 

Why should I bear my future husband's name? I can see some of you screaming in front of your screens "to death feminism !". If it hurts you that I think about this, don't worry, I am using my own brain, not yours. I discovered a few months ago that Chimamanda Ngozi Adichie (yes, always her) decided not to bear her husband's name and even wants to still be called Miss. I had never asked myself before wether or not a woman must bear her husband's name. It was absolutely normal for me. That's what I had always seen around me. 

 

With internet today, every time I have questions, I share them on Twitter or / and ask Google. So I asked, « Does a woman have to necessarily bear the name of her husband after getting married? » and « would you mind if your wife keeps her maiden name instead of bearing your name?" Some men told me that they wouldn’t. Others said it would bother them a bit but it would be okay as long as their children bear their names. For the majority of them, it was not even an option. So I tried to understand the reason of this uncompromising no. 

 

I was told that the woman leaves her parents to start a new family. The husband being the head of the family, it is therefore normal that the woman bears his name. In addition, the man pays a dowry and one or several rings of 10,000 carats that he will offer her for their engagement and their marriage. When you pay such a high price for a woman to belong to you, the slightest thing is that you affix your mark on her ... Finally, some said it is the custom. That led me to wonder when that became a custom. Especially in Africa ...

Before the so called legal or official marriage came with the colonization, were our mothers called by their husbands' names? I have often heard and read in African books " Y, daughter of Z » or « Y, mother of V » but rarely « Y, wife of X ». I beg you to enlighten me on the subject. According to my researches and what a young lady explained to me on twitter, this tradition has several sources. In Rome, the surname had special functions as the determination of the nobility of an individual. Wearing her husband's name made it possible to determine the status of a woman in the society. Moreover in many countries, the woman used to have no legal status. She was considered incapable. In the 19th century, when a woman was getting married, the name of her husband automatically replaced her birth name because the husband then had rights over her.

 

Personally, I was not satisfied with the answers. I think that Miss X is free to become Madam Y. But why does it bother you if she doesn't add Y on her administrative documents after the wedding? Beyond the arguments I received, I was disappointed in the way people tend to make a fool of the reflections they disagree with. This morning I saw a tweet quoting mine saying "later, they will wonder why their marriage doesn't work". I didn’t reply. I rather decided to honor the author and the others who think the same way, with this article. In a certain way, they would like us not to question certain things. Leave your contempt for feminism aside. Let’s leave our emotions and the answers of the style "because that's how it is". Let’s discuss, let us remain on our positions, but at least let us bother to think and ask questions. That is how a society evolves.

Pictures Source: 


http://themostexpensiveweddingring.blogspot.com/2016/04/wedding-ring-hands.html 
http://rings.qinghuazhidai.com/wedding-ring-on-which-hand-in-america/ 

Les Chroniques De Tchonté

Young African woman addicted to God, Books, Ice Cream, Travels, Writing and much more. I want to transform the education system in Cote d'Ivoire. Isn't that great or crazy? Fotamanan (Welcome in Senoufo) to my world. Take a seat!

READ MORE
  1. Tres belle reflexion. Au Quebec (canada) par exemple selon L'article 393 du Code civil il est meme interdit a la femme de porter le nom de son Mari apres l union civil car selon cette loi cette pratique est contre l egalité des conjoints/sexe. Il n est pas mauvais de souvent challenger le status quo et se poser des questions sur le pourquoi des choses. Mais bn chez nous meme en Cote d Ivoire je pense que cela sera difficile de changer cette norme considerant les normes religieuse et aussi meme le plaisir que certaines femmes trouvent a porter le nom de leur mari pour faire comprendre qu elles sont des femmes "accomplies"

    • Perso je pense qu'on devrait juste laisser aux femmes le choix. On ne devrait pas interdire à celles qui le désirent de porter le nom de leur mari, ni lyncher celles qui n'en ont pas envie. Merci Ismo d'être passé sur mon blog.

  2. Je me suis posée aussi la question et depuis un moment c'est clair. S'il advenait que je me marie je ne porterai pas le nom de mon mari n'en déplaise à certains.

    • J'espère que tu n'auras pas trop de mal à faire accepter ton choix à ton mari. C'est bien là le plus important. En tout cas ravie que tu sois déterminée dans ton choix.

  3. C'est une réflexion que je me fais depuis quelques années... En Côte d'Ivoire comme en Afrique post-coloniale, je pense que ce sont des habitudes qui sont arrivées avec la colonisation et "l'administration". Comme tu le relèves si bien, "X femme de Y" n'est pas un terme commun dans la littérature pré-coloniale comme dans certains villages. Je viens du centre et c'est beaucoup plus courant d'entendre "Kouassi Norbert wa" "Momlan wa" (l'enfant de Kouassi Norbert, l'enfant de Momlan..) pour présenter quelqu'un; la reconnaissance se faisant plus en relation avec l'ascendance d'une personne qu'avec son mariage.

    • Merci beaucoup Moya! Je suis ravie de voir que je ne suis pas la seule à me poser des questions sur le sujet. Tu me permets d'apprendre quelques expressions par la même occasion :)