Je vous encourage à lire la version en anglais si possible :)

Avez-vous déjà eu l'impression que vous n'avez pas fait ce que vous étiez censés faire? Par exemple, vous faites une présentation et quelques minutes plus tard, vous vous demandez si vous avez réellement parlé de ce que dont vous deviez parler. C'est exactement ce qui m'est arrivée le 3 Juin.

 

Le Lundi précédent, j'ai eu une rencontre avec des collégiens pour parler de livres. C'était génial! Tout mon être le ressentait! Je ressentais la passion que j'essayais de transmettre. Plus tard dans la soirée, j'ai fait un post à ce sujet sur les réseaux sociaux. Jean-Patrick Ehouman m'a contactée pour parler de cette passion pour les livres et la Bibliothèque que j'ai ouverte dans mon quartier, aux filles de SheIsTheCode. SheIsTheCode est un programme dont l'objectif est d'apprendre à coder à des jeunes femmes, puis de les aider à trouver du travail dans des compagnies ou à appliquer ce qu'elles ont appris dans leurs propres entreprises. 

 

Le thème de ma présentation était plutôt simple: lire, lire et lire. Alors, comment est-ce possible que je gâche un thème pareil?  Après tout, ma vie entière n'est-elle pas liée à la lecture? Bon aux voyages et aux crèmes glacées aussi mais vous savez à quel point j'aime lire. Pourtant, dans le taxi, après avoir fait mon speech, j'ai réalisé que j'avais raté l'objectif. Je me suis concentrée davantage sur mon expérience dans l'entrepreneuriat social et sur mon aventure en tant qu'étudiante aux États-Unis que sur ma passion pour la lecture et pourquoi elles devraient aussi envisager de beaucoup lire. Je crois que j'ai dit des choses intéressantes et que je n'étais pas très stressée. Mais j'ai l'impression d'avoir plus parler de moi, moi et moi plutôt que de l'importance de la lecture. Alors, qu'est-ce que j'aurais souhaité avoir dit aux filles de SheIsTheCode?
 

 

Dans mon speech au collège Les Florianes le lundi, j'ai demandé aux enfants à quoi ils pensent quand ils entendent "livres". Certains m'ont dit "lecture", "histoires", "vocabulaire". Les enfants d'une école primaire m'avaient précédemment dit qu'ils pensent à l'école quand on parle de "livres". Personnellement quand je pense aux livres, je pense à un monde plein de surprises. Un monde où vous pouvez toujours apprendre quelque chose de nouveau. Je pense à la myriade d'émotions que je peux ressentir à travers les histoires: amour, peur, colère, tristesse, espoir ... quand je pense aux livres, je vois un monde où tout est possible, où vous pouvez voyager et vivre mille vies juste en tournant des pages. Un monde où vous pouvez challenger vos idées préconçues et apprendre à challenger les stéréotypes de votre entourage. J'ai commencé à aimer les possibilités offertes par les livres à un très jeune âge. Depuis l'école primaire je suis tombée dans les pages d'un livre, je ne m'en suis jamais relevée et n'ai aucune intention de le faire. 

 

 Lire "Le cahier noir" de Camara nangala, m'a fait ressentir de la compassion pour les deux enfants maltraités par la nouvelle femme de leur père après le décès de leur mère. C'est un livre jeunesse mais en le lisant dernièrement, plus de 10 ans après, j'ai ressenti les mêmes émotions que la première fois. 

 

J'étais triste en lisant "Les frasques d'ebinto" d'Amadou Koné mais j'étais  également très en colère contre Ebinto, pour avoir détruit la vie de la jeune fille naive qu'il a mise enceinte et été forcé d'épouser. Ce livre est un must pour tous les adolescents, les africains en particulier. 

 

"The hairdresser of Harare" (le salon de coiffure de Harare) m'a enseignée la tolérance et le respect envers les personnes que je  pourrais considérer différentes en raison de leur orientation sexuelle. Je n'ai jamais été pour la violence envers les autres quelque soit la raison; mais ce livre m'a ouvert les yeux sur l'intolérance que nous avons envers les gens qui semblent être différents, en oubliant toutes ces choses que l'on a en commun. 

 

Je suis tombée amoureuse de Darcy dans "Orgueil et préjugés" de Jane Austen. Ce coeur frivole a encore flanché face à Andréas puis Wulf dans "Séléné" de Barbara Wood.
 

 

 

Dans "Le collier de paille" de Khadi Hane, j'ai appris que life happens. Juste parce que vous n'avez jamais vécu quelque chose ou même que vous l'avez vécu et en êtes sortis indemnes, ne signifie pas que vous devriez juger quelqu'un d'autre pour ne s'en être pas sorti aussi bien que vous. Encore une fois, il y a des choses qui peuvent arriver dans la vie. Peu importe ce que vous pensez, vous pouvez tomber dans les pièges qu'elle met en place. 

 

Lire "Le monde s'effondre" de Chinua Achebe m'a enseignée l'importance de connaître notre culture, nos traditions et notre histoire avant la colonisation. Ce livre et ceux de Chimamanda Ngozi Adichie, ont déclenché mon désir d'apprendre ma langue maternelle. 

 

"The absolutely true story of a part-time Indian (L'histoire absolument vraie d'un Indien à temps-partiel) m'a apprise que parfois, vous devez sortir de la foule pour réussir. Vous pouvez toujours aimer les vôtres mais ressentir le besoin de prendre une certaine distance pour être vous. Et c'est tout à fait okay!

 

Robert Kiyosaki dans «Père riche, père pauvre" m'a apprise que vous ne pouvez pas vous focaliser sur votre salaire uniquement pour être riche. Pour avoir une indépendance financière, vous devez réfléchir aux opportunités de faire travailler l'argent pour vous. Les pauvres utilisent leur salaire pour acheter des choses luxueuses qui les font apparaitre riches. Les riches utilisent leur salaire pour investir et utilisent les bénéfices de leurs investissements pour s'offrir le luxe. Lisez ce livre et devenez plus intelligents par rapport à la façon dont vous dépenser votre argent. 

 

Les articles de Befoune sur son blog "Self-ish" m'enseignent toujours de faire ce que je pense mieux pour moi. D'expérimenter de nouvelles choses, d'accepter d'avoir peur et d'être émotionnelle, mais de ne jamais m'empêcher d'être moi-même ou de me conformer à des choses qui ne me conviennent pas juste parce que considérées comme normes.  
 

Alors oui, il ne s'agit pas seulement des livres, mais surtout de lecture. Que ce soit un article de blog, un post sur Facebook, ou un magazine, l'objectif est d'apprendre. Internet nous donne une chance énorme de le faire; que ce soit par le biais d'articles ou de vidéos. Les vidéos sont bien pour les personnes qui malheureusement n'aiment pas lire et même celles qui le font; mais pour moi, elles doivent être un complément plutôt qu'une alternative aux livres. D'ailleurs tout le monde sait qu'un film ne peut jamais être aussi bien que le livre à partir duquel Il a été adapté...

 

Je pourrais parler encore et encore de toutes les choses que vous pouvez apprendre à travers les lectures. Il y a un article ou un livre écrit sur presque sinon tous les sujets du monde. Nous devons être curieux pour découvrir le monde autour de nous. C'est certain que les livres ne sont pas la seule manière d'apprendre. On peut et doit le faire en regardant des vidéos, en voyageant et en rencontrant des gens. Mais bon, je fais tout cela en même temps lorsque je lis. Alors comment est-ce que je peux conclure cet article? Lire me fait me sentir vivante!  Voilà Ce que j'aurais souhaité avoir dit aux femmes de SheIsTheCode. 
 

 


SheIsTheCode: what I didn't say 



 

Have you ever had the impression that you didn't do what you were supposed to? Like you did a presentation and minutes afterwards you wonder whether you actually talked about what you were supposed to. That's exactly what happened to me on June 3rd. 

 

The previous Monday I had a meeting with some secondary school kids to talk about books. It was amazing! My whole being felt it! I felt the passion I was trying to transmit. Late in the evening I did a post about it on social networks. Jean-Patrick Ehouman invited me to talk about that passion for books and the  library I opened in my neighborhood to the girls of SheIsTheCode. SheIsTheCode is a program aiming to teach coding and leadership skills to young women and then help them find a job or use their skills in their personal enterprises.  

 

The topic of my presentation was quite simple: read, read, read. So how is it possible for me to screw something like that? After all isn't my whole life about reading ? Well traveling and eating ice cream too but you guys know how much I love reading. Yet in the taxi, after I did my speech, I realized I missed the point. I focused more on my social entrepreneurship experience and my journey as a student in US than my passion for reading and why they should also consider reading a lot. I do believe I said some interesting stuffs and I wasn't much stressed. But I feel like I talked more about me, myself and I than the importance of reading. So what do I wish I told the girls of SheIsTheCode ? 

 

In my talk at Collège les Florianes on Monday, I asked the kids what they think when they hear "books". Some of them said "reading", "stories", "vocabulary". Some kids in primary school had previously told me they think about school when they hear "books". Personally when I think about books, I think about a world full of surprises. A world where you can constantly learn something new. I think about the myriad of emotions I can experience through the stories: love, fear, anger, sadness, hope... When I think about books, I envision a world where everything is possible, where you can travel and have thousand of lives just by turning the pages. A world where you can challenge your preconceived ideas and learn how to challenge the stereotypes your entourage hold. I started to love the possibilities offered by books at a very young age. Since primary school I fell into the pages of a book, never woke up and don't intend to. 
 

 

Reading "Le cahier noir" by Camara Nangala, made me feel compassion for the two kids that were mistreated by their dad's new wife after the death of their mother. It's a youth book but reading it again recently after more than 10 years revived the emotions I had the first time. 

 

I was sad while reading "Les frasques d'Ebinto" by Amadou Koné but I was also very angry about Ebinto for destroying the love of the naive young girl he got pregnant and was forced to married. This is a must for every teenager, Africans especially. 

 

"The hairdresser of Harare" taught me tolerance and respect for people I might consider different because of their sexual orientation. I have never agreed with violence against people for whatever reason but it opened my eyes to how intolerant we are to people who appear to be different, forgetting all the things we actually have in common. 

 

I fell in love with Darcy in Jane Austen's "Pride and Prejudice". And this frivolous heart flanked again for Andréas then Wulf in "Selene" of Barbara Wood.

 

In "Le Collier de Paille" I learned that life happens. Just because you never experienced something or even did and got out of it okay, it doesn't mean you should judge someone else for not handling as well as you did. Again, life happens and no matter what you too can fall in the traps it set up. 

 

Reading "Things fall apart" of Chinua Achebe taught me the importance of knowing our culture, traditions and story before colonization. This is one of the books, along with the books of Chimamanda Ngozi Adichie, that triggered my desire to learn my mother tongue.

 

"The absolutely true diary of a part-time Indian" taught me that sometimes you have to get out of the crowd to succeed. You can still love your people but feel the need to take some distance to be you, to do you. And it's totally fine. 

 

Robert Kiyosaki in his "Rich dad, poor dad" taught me that you can't focus only on your salary to be rich. To have a financial independence you should think about opportunities to make money work for you.  Poor people will use their salaries to buy luxuries that make them look rich while rich people will invest and use the proceeds from the investments to buy luxuries. Read that book and be smarter about how you spend your money. 

 

The articles of Befoune on her blog "Self-ish" always teach me to do whatever I feel is best for me. To experience new things, accept to get scared and emotional but never accept to refrain myself or comply with something I don't feel, just because it's considered a norm. 
 


 

So yes, it's not just about books but mostly readings. Whether it's a blog post, a post on Facebook, or a magazine. The purpose is to learn. Internet give us a huge opportunity to do so, whether through articles or videos. Videos are great for people who unfortunately don't like to read and even the ones who do but for me it should be more complementary than an alternative to books. And well everyone knows a movie can never be as great as the book it was adapted from.  

 

I can go on and on about all the things you can learn through readings. Almost if not all topics in the world have a book or an article written about it. We need to be curious to discover the world around us. Books are not the only way to learn from for sure. We can and must do so by watching videos, traveling and meeting people. But well all of these are also what I get when I read. So how am I going to end this? Reading makes me feel alive. This is what I wish I had said to the women of SheIsTheCode.

Les Chroniques De Tchonté

Young African woman addicted to God, Books, Ice Cream, Travels, Writing and much more. I want to transform the education system in Cote d'Ivoire. Isn't that great or crazy? Fotamanan (Welcome in Senoufo) to my world. Take a seat!

READ MORE

    N'hésitez pas à partager et donner votre avis / Feel free to share and comment