Credit photo: Raymond  

Si je mourrais ce soir… Seigneur ceci n’est point un appel à mourir de sitôt. Mais si je mourrais ce soir, ce serait avec un sourire sur les lèvres. Ce serait sans regret. Pas parce que ma vie a été parfaite, mais parce que je sais que même les erreurs ont eu une grande importance pour construire celle que je suis aujourd’hui. Si je mourrais ce soir, ce serait avec une énorme joie dans le coeur. Parce que Willy et son équipe ont réussi à amener Hawaï au Centre Eulis. Au point où les enfants s’amusaient à construire des châteaux de sable. Si je mourrais aujourd’hui, ça serait avec la paix du coeur, en sachant que le Centre Eulis a pu mettre des sourires sur le visage de dizaines d’enfants, et qu’il nous a donné l’opportunité de nous rendre utiles pour les plus jeunes. Non il n’est pas parfait, loin de là. Mais il s’améliore au quotidien, et cela vaut tout l’or du monde.

 

Ce samedi 27 Juillet, nous avons clôturé la deuxième édition du Mini-Camp de Vacances du Centre Eulis. Cette année, nous avions prévu un maximum de 25 enfants en espérant que 20 soient réguliers. Nous en avons eu 32 au total, dont 27 ont reçu un certificat de participation pour avoir assisté à au moins 50% du camp. Au début, Armelle me demandait si on ferait des publications sur Facebook pour annoncer le camp. Mais depuis quelques temps, je préfère généralement faire d’abord et parler ensuite. Mais on a quand même failli être débordés dès que l’on a fait les premières publications sur les activités du camp. On a malheureusement dû mettre un terme aux inscriptions parce qu’on avait dépassé le nombre d’enfants initialement prévus. L’année prochaine, on se préparera à accueillir plus d’enfants in shaa Allah.

 




Yemi en pleine séance de lecture


 

 

La première année, le camp n’avait pas de thème particulier. Cette année, nous avons décidé de l’axer sur les Objectifs de Développement Durable. Nous nous sommes basés sur le manuel « Le monde que nous voulons », une publication du Mouvement Mondial pour les Enfants d’Amérique Latine et des Caraïbes. Il explique chacun des 17 objectifs de manière très simple pour les enfants, et nous avons eu des encadreurs pour gérer la discussion avec nos jeunes champions. Nous avons eu la participation de nos bénévoles réguliers et de bénévoles ponctuels qui ont bien voulu donner de leurs temps pour nos enfants. Nous avons également utilisé les livres de « Bouba et Zaza » que nous avons reçu de la Fondation Orange. Ce sont des livres très intéressants qui aident à partager des valeurs importantes aux enfants. On a par exemple « Bouba et Zaza cultivent la paix », « Bouba et Zaza acceptent la différence » et bien d’autres qui parlent notamment de l’importance de l’éducation, du respect de l’environnement, etc.

 

Les enfants ont également eu l’occasion d’effectuer une sortie à la Galerie Cécile Fakhoury à Cocody. Une sortie entièrement financée par la galerie. Pendant tout le mois de juillet, le Centre Eulis collabore avec la galerie pour organiser des ateliers de lecture et d’art, autour de l’exposition « Yopougon, Adjamé Liberté » d’Armand Boua. Nous avons eu une séance avec des enfants de la commune d’Abobo, puis du Centre Eulis. Une prochaine s’annonce pour le dernier mercredi du mois in shaa Allah. Pendant ces rencontres, nous avons une séance de lecture autour de « Bouba et Zaza cultivent la paix », puis les enfants reproduisent l’une des oeuvres d’Armand Boua, sur papier Canson. Ils terminent la journée avec un délicieux goûter et reçoivent chacun un livre avant de rentrer à la maison.
 



 

 

Pendant le camp, Ady a également animé des ateliers sur les quatre grands groupes ethniques de la Côte d’Ivoire: les Akans, les Krous, les Mandés et les Voltaïques. Raymond l’a accompagnée avec un atelier de bricolage pendant lequel les enfants ont appris à confectionner le masque Grébo avec du carton. C’est aussi avec lui qu’ils ont réalisé des filtres d’eau artisanaux après avoir découvert l’objectif 6 sur l’accès à l’eau salubre et l’assainissement. Et grâce à Ruth, les enfants ont appris tous les Objectifs de Développement Durable en anglais. Blandine, une bénévole ponctuelle, nous a quant à elle permis de découvrir les cinq symboles de la République de Côte d’Ivoire : la devise, l’emblème, le portrait officiel du Chef de l’Etat, l’hymne national, et les armoiries. Elle a aussi fait une introduction sur les institutions de l’Etat, et plus tard, Cheick Diallo est revenu sur le sujet. C’est d’ailleurs Cheick qui a proposé que nous abordions le thème des ODD cette année.

 

Entre ODD, citoyenneté, lectures, bricolage, séances cinéma et activités sportives avec Jérôme, les enfants ont bien profité de ces deux semaines de camp, et nous avec eux. Ils ont même eu un atelier sur le numérique avec Yop Créalab. Et pendant que moi j’étais absente pendant la deuxième semaine du camp - pour ne pas changer -, Abdul a continué à organiser toutes les activités. C’est celui qui n’arrête pas de me stresser chaque fois qu’on a une activité à réaliser, pour que j’arrête de procrastiner. J’ai toujours le coeur apaisé lorsque je dois m’absenter parce que je sais que Raymond et lui pourront épauler Bintou, la bibliothécaire.

 

Enfin, le camp s’est terminé en beauté grâce à Willy et toute son équipe. Depuis le début de l’année, il ne cessait de me dire qu’il voulait faire un deuxième atelier de cocktails avec les enfants. Mais cette fois-ci, il voulait le faire sur le thème de la plage. Il l’a magnifiquement réussi. Son équipe de SmartCup , et la jeune compagnie de Frédérique et Laurie ont réussi à faire venir Hawaï au Centre Eulis. Je vous recommande définitivement Smartcup si vous avez besoin de quelqu’un pour gérer vos cocktails à un évènement, et Your amazing party de Frédérique et Laurie pour s’assurer que tout se passe bien, de la décoration à la nourriture. Merci spécial à Aïcha qui a assuré avec ses bons plats ! 

 


 

 

Si je devais mourir ce soir, ce serait sans regret parce que je peux être fière de toutes les belles personnes que le Centre Eulis réunit. Si je devais mourir ce soir, ça serait la joie au coeur, parce que nos actions ont un impact positif sur la vie des futures générations et donnent la possibilité à des jeunes d’être utiles à leur communauté. Si je devais mourir ce soir, chose que je ne souhaite absolument pas, ce serait le coeur plein de reconnaissance envers les donateurs, les bénévoles, les enfants, et Dieu pour cette incroyable aventure.

Les Chroniques De Tchonté

Young African woman addicted to God, Books, Ice Cream, Travels, Writing and much more. I want to transform the education system in Cote d'Ivoire. Isn't that great or crazy? Fotamanan (Welcome in Senoufo) to my world. Take a seat!

READ MORE

    N'hésitez pas à partager et donner votre avis / Feel free to share and comment