Le livre qui m’a aidée à mieux comprendre l’argent.

Les paris sont interdits en islam parce qu’ils peuvent causer la perte de ceux qui y sont accros. Ça commence petit à petit, on se dit que c’est juste de petites sommes, et on finit par se retrouver à la rue, avec de grosses dettes. 

On n’a pas besoin d’être musulman pour savoir que les jeux de hasard impliquant de l’argent sont à éviter. Ceux qui s’en tiennent loin se demandent parfois pourquoi les autres ne se rendent pas compte du fait que c’est une arnaque. 

Dans « L’homme le plus riche de Babylone », Arkad (l’homme le plus riche) a demandé aux hommes à qui il enseignait les règles de la richesse, s’ils pouvaient nommer un seul homme riche de leur cité qui l’était devenu grâce aux jeux de hasard. Personne n’a bronché. 

C’est très facile de juger donc les personnes qui se retrouvent accros à ces paris malgré leur vanité, jusqu’à ce qu’on lise « La psychologie de l’argent » de Morgan Housel. Il dit qu’aux États Unis, les plus pauvres dépensent en moyenne $412 au loto par an, 4 fois plus que ce que dépensent ceux qui ont plus de revenus. Ça peut paraître fou parce qu’en cas d’urgence ces personnes ne pourraient pas avoir $400 pour résoudre leur problème. Mais en vrai, on peut voir les choses différemment. 

Ces personnes à faibles revenus qui dépensent autant au loto, vivent au jour le jour. Leur revenu ne leur permet pas de s’offrir des vacances, d’acheter des voitures, de vivre dans les beaux quartiers ni même de scolariser leurs enfants dans de bonnes écoles. 

La plupart des personnes privilégiées qui lisent des livres de finance ont des chances que les moins nantis n’ont pas. Acheter un ticket de loto est le seul moment où ces derniers peuvent s’offrir le luxe de rêver d’obtenir toutes ces choses. C’est le rêve qu’ils achètent et c’est difficile pour ceux qui vivent déjà le rêve de les comprendre. 

Je suis restée quelques minutes à réfléchir lorsque j’ai fini de lire cette partie. En réalité, personne n’est fou. On peut prendre de mauvaises décisions par rapport à nos finances mais ces décisions sont prises en fonction de notre historique, de l’environnement dans lequel on a grandi et des informations dont on dispose. 

On peut « comprendre » qu’un jeune défavorisé s’adonne à la cybercriminalité, même si ça peut être juste pour se faire voir comme des personnes qu’il envie. Mais qu’est-ce qui explique qu’une personne comme Bernie Madoff qui était un homme à succès et déjà riche, s’embarque dans l’une des plus grandes escroqueries de notre siècle ? 

C’est à ce genre de questions que Morgan Housel apporte des réponses dans son livre. Je l’ai lu parce que je n’étais pas satisfaite de l’état de mes finances. J’avais fait tellement de dépenses avec le Centre Eulis de Faya que j’ai arrêté de faire attention par la suite et j’ai aggravé les choses. 

« The psychology of money » m’a aidée à developper un meilleur plan pour la gestion de mon argent. J’ai révisé mes objectifs, identifié les dépenses que je peux me permettre et combien je pourrais épargner ou investir. Je n’ai pour le moment aucune idée de comment investir en dehors du Centre Eulis et la vente de livres mais j’ai été déjà plus rassurée après ma lecture. 

Les conseils de Morgan Housel sont nombreux pour nous aider à améliorer nos finances mais je vais en partager 7 qui ont attiré mon attention. 

1 – Épargne, épargne, épargne. 

Tous les livres et les experts en gestion de l’argent vous le diront. La première étape est de gagner de l’argent en travaillant et la seconde et peut-être même la plus importante, est d’épargner. Investir est important mais on ne peut pas le faire si on n’a pas d’épargne. L’année dernière je me posais des questions parce que j’avais l’impression d’épargner sans objectif. Well, Morgan dit qu’on n’a pas besoin d’épargner pour une raison particulière. La vie est tellement pleine de surprises qu’on peut se retrouver face à une urgence qui nécessitera qu’on utilise cette épargne. Il faut bien sûr, prévoir de l’argent pour nos projets, mais il faut aussi une épargne d’urgence en réserve. 

2 – Évite les extrêmes.

Épargner est important c’est vrai mais pas jusqu’au point de se priver des choses les plus élémentaires ou des petits plaisirs de la vie. On ne doit ni trop épargner ou trop travailler pour gagner de l’argent, ni trop dépenser. Il faut rester dans le juste milieu par crainte de regretter plus tard de n’avoir pas accordé suffisamment de temps à sa famille, ou de n’avoir pas assez épargné pour préparer sa retraite. Le juste milieu. 

3 – N’essaie pas d’impressionner les autres. 

La richesse est plus liée à ce que les gens ne voient pas qu’aux objets qu’on possède. Quand tu utilises ton argent pour acheter des choses de luxe, ça ne fait plus partie de ta richesse. À moins que ça prenne plus de valeur avec le temps, ou que ça puisse créer de la richesse directement. Les gens ne nous respectent pas forcément pour ce qu’on a. Ils envient plus nos possessions en imaginant qu’ils seront également admirés s’ils ont les mêmes choses. C’est en voulant impressionner les autres qu’on vit au dessus de nos moyens. 

4 – Fais ce qui marche pour toi. 

On peut croire que les autres sont fous ou plus intelligents que nous lorsqu’on voit la manière dont ils gèrent leur argent mais comme je l’ai dit plus haut, nos décisions financières sont influencées par notre histoire personnelle. Ce qui marche pour une personne ne marchera pas forcément pour une autre. L’entrepreneuriat est une bonne solution pour créer de la richesse, mais certaines personnes s’épanouiront et gagneront plus d’argent en étant juste salarié. Investir est important mais on ne peut pas tous investir de la même manière ou dans les mêmes domaines. Le plus important au final, est de faire ce qui nous permet de dormir en paix. 

5 – Accepte que les choses ne se passeront pas toujours comme prévu. 

Qui aurait pu prédire la deuxième guerre mondiale ? La crise de Covid-19 ? Ou encore la guerre en Ukraine ? Parfois les choses se passent bien et l’économie est au beau fixe. Parfois, tout va mal sans qu’on ne s’y attende. On ne peut pas contrôler les résultats de nos décisions financières. On peut contrôler ce qu’on épargne régulièrement, nos dépenses et notre patience lorsqu’on investit sur le long terme. Mais le risque et la chance (ou encore Dieu) vont jouer un grand rôle dans le résultat final. Il faut juste l’accepter et faire preuve d’humilité quand les choses marchent et se pardonner quand ce n’est pas le cas. 

6 – Tu as le droit de changer d’avis. Fais le ! 

Notre manière de penser évolue en fonction de nos expériences et du monde qui nous entoure. Ce qui était logique il y a 5 ans ne l’est plus aujourd’hui et c’est normal. On peut changer la manière dont on épargne ou investit. Il n’y a pas de bonne réponse. La seule qui compte est celle qui marche pour nous à ce moment précis et on ne peut pas toujours l’évaluer en argent. Certaines décisions sont plus liées à la quiétude qu’elles nous procurent que l’argent qu’on dépense ou épargne. 

7 – Utilise l’argent pour contrôler ton temps et être indépendant. 

Pour Morgan Housel, l’indépendance ce n’est pas de ne pas travailler du tout mais de faire un travail qui nous convient. Pouvoir travailler où et avec qui on veut, ou prendre sa retraite plus tôt parce qu’on peut se le permettre. Pour arriver à cette indépendance, il faut épargner et investir afin que l’argent devienne un outil plutôt qu’une fin en soi. 

Morgan Housel


Il y a des passages dans le livre qui peuvent être ennuyeux parce qu’ils sont focalisés sur les investissements spécifiques aux occidentaux. Vous avez le droit de les sauter. Par contre, la fin est très instructive lorsqu’il relate l’histoire de l’économie américaine et comment elle a impacté la manière dont différentes générations perçoivent l’argent. 

Inutile de vous dire que je vous recommande ce livre si vous aussi souhaitez assainir vos finances. Il est disponible en français et en anglais et vous pouvez le commander avec moi directement à 16 000 FCFA en anglais et 17 000 en français.

Je vous recommande aussi l’épisode du « Podcast qui n’avait pas de nom » sur le sujet. 


2 réponses à « Le livre qui m’a aidée à mieux comprendre l’argent. »

  1. Avatar de Murielle Kannayi

    Hello Tchonté. J’espère que tu vas bien.

    Ce livre fait partie de mes achats livresques de fin d’année. Je l’avais vu passer dans ta story insta, et l’extrait était juste excellent.
    J’en suis encore au début (vive les annotations) mais je le recommande aussi. Il est vraiment très bien.

    Les exemples sont fluides, la lecture facile et les enseignements très bénéfiques. C’est un véritable incontournable pour toute personne qui désire améliorer son rapport à l’argent.

    J’aime

  2. Avatar de Amara Traoré
    Amara Traoré

    Merci ,Qu’Allah te préserve !

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :