Chine: Appelez-moi Xú Ào Hàn

– Pourquoi la Chine?

– Mon père voulait que j’apprenne le chinois et je voulais voyager.

– Wow, c’est la réponse la plus sincère que j’ai entendue!

Je ris, comme les autres personnes autour de la table. Le gars à ma gauche, qui a posé la question, est un camarade de classe Nigérian. Nous prenons tous deux des cours de Chinois pour débutants. À côté de lui, juste en face de moi, Joseph est également originaire du Nigeria. À ma droite, entre Joseph et moi, c’est Marie du Sénégal. Et non, l’autre gars ne s’appelle pas Jésus, même si cela aurait été plutôt drôle. C’est Victor. Nous mangeons nos sandwichs de Subway pendant la pause régulière de 15 minutes que nous avons tous les jours de classe. Il serait très facile de nous remarquer dès qu’on entre dans la salle. Au moins 95% des personnes qui nous entourent sont des Asiatiques, la plupart des Chinois. Comme d’habitude, nous prenons plus de 15 minutes. Dès que nous finissons de manger, nous retournons en classe où Yan Laǒshī (Professeur Yan) a déjà repris le cours.

Le temps passe si vite! Cela fait déjà plus de trois semaines que je suis arrivée en Chine. Je suis enfin habituée au fuseau horaire. Suzhou a 8 heures d’avance sur la Côte d’Ivoire. Cela signifie que chaque fois que je vais dormir, entre 23h et 2h, les gens au bercail sont en train de profiter de leur après-midi. Alors, qu’est-ce que je fais en Chine? La réponse que j’ai donnée à Victor est juste. Mon incroyable père m’encourage à apprendre le Chinois depuis 4 ans maintenant. Je n’étais pas vraiment intéressée jusqu’à ce que je réalise que j’adore voyager, apprendre, sortir de ma zone de confort et qu’apprendre la langue la plus parlée au monde pourrait être à la fois stimulant, amusant et un atout incroyable dans notre environnement mondial. Alors j’ai cherché une école en ligne et j’ai trouvé Xi’an Jiaotong-Liverpool University. J’ai eu un coup de foudre immédiat pour les images de l’école. Pour faire court, je me suis inscrite pour un semestre de cours de Chinois.
 

Venir à Suzhou n’a pas été aussi simple. D’Addis-Abeba à Shanghai, notre avion a eu des problèmes techniques. Nous avons atterri d’urgence quelque part et avons attendu les techniciens pendant plus de cinq heures. Au lieu de 15h40, nous avons atterri à Shanghai à 23h. J’ai raté la navette scolaire que je devais prendre à 18h30 pour Suzhou. J’étais seule, très tard dans la nuit, dans un pays dont je ne peux comprendre ni parler la première langue au-delà de «salut! »(Nǐ hǎo, 你好). Comme j’avais l’air perdue dans le hall de l’aéroport, un homme m’a approchée. Il m’a guidée vers un guichet automatique, puis m’a proposée de me trouver un hôtel pour la nuit. J’ai flippé un petit peu même si j’avais lu « aéroport » sur son étiquette. Je priais intérieurement pour que les choses se passent bien pendant que je le suivais. Je ne voulais pas lui donner l’argent de l’hôtel avant d’arriver là-bas. Avec deux autres voyageurs asiatiques, nous sommes montés dans sa voiture et il nous a déposé à un hôtel près de l’aéroport. La nuit nous a coûté 400 ¥, environ 61 $ ou 34 000 francs. La chambre était petite mais agréable. J’ai pris une douche et je n’ai pu dormir que vers 4h. Je me suis réveillée à 9h et je suis retournée à l’aéroport. À 14h, le bus de l’école a quitté Suzhou avec plusieurs autres étudiants étrangers.

Mon niveau de chinois est encore très bas pour l’instant, mais les cours sont rapides et amusants. Contrairement à ce que nous pourrions supposer, peu de chinois parlent anglais ici. Google Translate est mon meilleur ami et quand ça ne fonctionne pas, je fais juste des signes pour expliquer ce que je veux. Nous sommes 16 étudiants de plusieurs pays à travers le monde dont le Bhoutan, l’Allemagne, l’Australie, Maurice, la Corée, la Turquie, les États-Unis, la Thailande, le Kenya et bien plus encore. Nos professeurs sont deux jeunes dames très enthousiastes qui utilisent des activités de groupe, des jeux, des audios et des livres pour nous enseigner. Au cours de la première semaine, on nous a demandé de choisir un nom chinois. J’ai demandé à Sylvia, une étudiante Chinoise chargée de faciliter mon séjour, de m’aider à en trouver un. Elle a proposé 徐傲菡 (Xú  Ào Hàn) après que je lui ai dit que l’un de mes personnages de roman préférés est Kainene dans « Half of a Yellow Sun » de Chimamanda Ngozi Adichie. Kainene est une femme fière et sarcastique qui n’a pas peur de dire ce qu’elle pense.

Sylvia dit que 徐 (Xú ) est un nom de famille chinois sans signification particulière. 傲 (Ào) signifie être fier. Et 菡 (Hàn) est pour 菡萏 (Hàn Dàn) qui est une belle façon de dire «lotus» en Chine. Il peut être littéralement traduit par « fleur de lotus ». Le lotus est une fleur très significative en Chine. Plusieurs anciens poètes l’avaient en estime car ils trouvent qu’il symbolise la vitalité et suggère la vertu de l’homme. C’est populaire d’avoir de telles métaphores dans les noms des Chinois.

Cela dit, vous pouvez maintenant m’appeler 徐傲菡 (Xú Aò Hàn), ce qui signifie être fière, belle et forte.

Publié par

Passionnée de lecture, d'écriture, de voyages et d'éducation, je rêve de transformer l'éducation en Côte d'Ivoire. De la rendre plus interactive et inclusive. C'est pourquoi j'ai créé le Centre Eulis en 2017 et ce blog me sert de journal de bord pour tout ce que j'apprends au quotidien. J'écris des histoires, des comptes-rendus de livres, d'évènements, de voyages, mais surtout, je m'écris.

Un commentaire sur « Chine: Appelez-moi Xú Ào Hàn »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s