Qu’est-ce qu’on peut apprendre en lisant des fictions ?

Je me souviens avoir déjà eu des discussions avec des personnes qui disaient qu’on ne pouvait pas apprendre grand-chose en lisant des fictions. Ce sont des gens qui préfèrent largement des essais, biographies, livres plus académiques ou de développement personnel, etc.


Certes, aujourd’hui je lis plus de livres non-fictifs, mais je continue de reconnaître la valeur des romans et des nouvelles que j’ai toujours affectionnés. Au-delà du fait qu’ils nourrissent nos imaginaires, vocabulaire, suscitent des émotions et nous font découvrir même d’autres endroits du monde, les livres fictifs peuvent également nous amener à développer notre culture générale. 


J’y pense particulièrement ce matin parce qu’un passage de « Petit Pays » de Gaël Faye m’a amenée à faire des recherches sur les femmes présidentes en Afrique. Pourtant, le livre est très loin de ce sujet.

Nous sommes en 1993 et le président Melchior Ndadaye vient d’être assassiné. C’est le premier président démocratiquement élu du Burundi et il a été assassiné seulement trois mois après son élection. On découvre ce pan douloureux de l’histoire du Burundi, à travers l’histoire de Gabriel, un gamin de 11 ans dont la vie bascule avec celle de son pays.


J’ai eu envie de google Ndadaye pour comprendre un peu plus ce qui s’est passé et j’ai été agréablement surprise de lire que son premier ministre était une femme : Sylvie Kinigi. Voilà comment je me suis retrouvée à faire des recherches sur la première et unique femme à avoir été premier ministre et présidente du Burundi. 

Dans mes recherches, j’ai découvert qu’il y a eu au total 9 femmes présidentes de pays africains, dont deux en Ile Maurice. Sylvie Kinigi a été la première femme présidente en Afrique mais c’est Ellen Johnson-Sirleaf du Libéria qui a été la première présidente élue en Afrique. Elle est également celle qui a servi le plus longtemps à ce poste avec deux mandats, donc 12 ans au pouvoir.

De l’autre côté, on a Ivy Matsepe Casaburri qui a été présidente deux fois en Afrique du Sud. La première fois pendant quatre jours et la seconde pendant 14h. Dans les deux cas, elle l’était par intérim, quand le président Thabo Mbeki et son vice-président étaient hors du pays, puis suite à la démission de Thabo Mbeki, en attendant que Kgalema Motlanthe le remplace. Elle était elle-même ministre de la communication de 1999 à sa mort en 2009. 

En ce moment, la seule femme présidente africaine est Sahle-Work Zewde, en Éthiopie. Mais en Éthiopie comme en Île Maurice, le pouvoir appartient réellement au premier ministre tandis que le rôle du président est plus symbolique. 

Sylvie Kinigi


Au final, sur les 9 femmes ayant été présidentes en Afrique, seules 3 ont été élues : Ellen Johnson-Sirleaf du Libéria, Ameenah Gurib-Fakim de l’Ile Maurice et Sahle-Work Zewde de l’Ethiopie. Les six autres présidentes l’ont été par intérim au Gabon, en Centrafrique, en Afrique du Sud, au Burundi, au Malawi et en Île Maurice.


A quoi vont me servir ces informations ? À peut-être pas grand chose sur le coup mais j’ai été ravie d’avoir ce petit moment de culture générale. J’ai eu un petit pincement au cœur de savoir que dans la majorité des cas ces présidentes n’ont pas été spécifiquement élues ou ont eu des pouvoirs limités mais c’est quand même bien de savoir qu’elles ont pu atteindre ces niveaux là. Il faudra sans doute que j’aille plus en profondeur pour connaître le parcours et l’histoire de toutes ces femmes et d’autres femmes qui ont été et sont des leaders en Afrique. C’est aussi pour ça que des plateformes comme Matrimoine Africain de Bintou Traoré et Eyala de Françoise Moudouthe sont importantes.


Bref, je suis en ce moment en train de relire « Petit pays » de Gaël Faye pour notre prochaine rencontre du club Lire, discuter et manger. Cette lecture m’a rappelée qu’on peut apprendre énormément de choses en lisant des fictions. Les écrivains ne nous donnent pas du tout cuit. Ils nous racontent des histoires, leurs histoires, mais c’est à nous d’aller plus loin dans nos recherches pour en apprendre davantage sur des personnages et des faits tirés de la réalité.


J’ai beaucoup appris en lisant des fictions, que cela soit directement ou indirectement. C’est en lisant des écrivains comme Chimamanda N. Adichie et Chinua Achebe que j’ai développé un amour pour ma culture. C’est avec des écrits de Gauz que j’ai reconsidéré la manière dont on se comporte avec les vigiles et nos habitudes dans cette société de consommation. Mariama Bâ, Regina Yaou et Fatou Keita m’ont fait réfléchir à certains challenges rencontrés par les femmes africaines. Je pourrais continuer encore longtemps comme ça sur toutes ces choses que j’ai apprises en lisant des œuvres fictives mais je vais m’arrêter là.

Il y a énormément de choses à découvrir dans des livres de tout genre, si seulement on se donne la peine de les ouvrir et d’ouvrir nos esprits. 

Publié par

Passionnée de lecture, d'écriture, de voyages et d'éducation. Je rêve de transformer l'éducation en Côte d'Ivoire. De la rendre plus interactive et inclusive.

2 commentaires sur « Qu’est-ce qu’on peut apprendre en lisant des fictions ? »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s