10 activités pour organiser un mini-camp de vacances

L’adrénaline est retombée depuis une semaine déjà et j’ai eu du mal à trouver les mots pour parler du mini-camp de vacances que nous avons organisé au Centre Eulis. Du lundi 16 au Samedi 28 juillet, nous avons organisé des activités pour occuper sainement une vingtaine d’enfants du CE1 à la classe de 4e. C’était un test et même s’il y a eu quelques couacs, j’ai été assez satisfaite, et enrichie par cette expérience.

Cet article a principalement pour but de vous aider et encourager à organiser votre propre mini-camp de vacances, ou au moins certaines des activités. Même si le camp a été harassant et que je mourrais de fatigue chaque soir, il a surtout été gratifiant. Les enfants venaient tous les matins de 10h à 12h, et les après-midi de 14h à 17h. Nous commencions toutes les journées par 5 minutes de méditation. J’ai été surprise de voir que ces petits bouillonnant d’énergie pouvaient tenir 5 minutes sans faire le moindre bruit. La méditation était relaxante non seulement pour eux, mais aussi pour moi-même. Nous faisions ensuite des rappels de la journée précédente avant de diviser le groupe en 2. Chaque groupe participait à une activité différente le matin et l’après-midi de sorte à ce qu’ils fassent toutes les activités du programme.


Raymond Diby


Sur l’un des murs de la salle, nous avons collé des feuilles de papier de différentes couleurs (jaune clair, bleu, orange). Tous les enfants avaient leur nom sur la première fiche (jaune clair), en début de journée. Au fil du temps, lorsqu’un enfant faisait une bêtise, bavardait, ou se moquait de l’un de ses camarades, on faisait descendre son nom sur la fiche du bas jusqu’à atteindre la fiche orange. À la fin de la journée, les enfants qui étaient encore en haut avaient droit à une friandise. On discutait avec les autres de la raison pour laquelle ils se retrouvaient en bas, et parfois c’était à eux de balayer la salle ou de ramasser les bouts de papier dans la cour. Ce système était assez intéressant parce qu’il encourageait les enfants à faire plus d’efforts. À défaut d’avoir été sage, on pouvait recevoir une friandise si on répondait bien à une question sur les choses apprises pendant la journée.



Dans la liste des éléments importants pour la réussite d’un projet ou d’une entreprise, on parle toujours de l’équipe qui y travaille. J’ai eu une équipe extraordinaire. À la cérémonie de clôture, ils m’ont surprise avec un gâteau de remerciements qui je l’avoue m’a arrachée de toutes petites larmes. Je ne sais pas s’il y a une formule magique pour trouver l’équipe parfaite. De mon côté, chacune de ces personnes est venue volontairement apporter sa pierre à l’édifice sans aucune contrepartie. Je leur en suis grandement reconnaissante. J’ai été moins disponible pendant la deuxième semaine du camp mais ils ont quand même fait tout ce qui était nécessaire pour que les enfants continuent d’apprendre. 

En fin de compte nous n’avons pas suivi notre emploi du temps à la lettre mais les enfants ont apprécié tout ce qu’on leur a proposé. Je partage avec vous 10 idées d’activités pour organiser votre propre mini-camp d’été, en présentant en même temps les bénévoles qui ont soutenu le projet.


1- Confection de masques et dessins


Raymond Diby est bénévole au centre depuis le milieu de l’année scolaire. Chaque mercredi, il organise des ateliers de dessin avec les enfants. C’est l’un de mes souffre-douleurs et l’une des personnes sur lesquelles j’ai pu compter lorsque j’ai dû m’absenter pendant la deuxième semaine du camp. Illustrateur de formation, artiste dans l’âme, c’est l’homme qui gribouille plus vite que son ombre. Pendant le camp, il a appris aux enfants à confectionner des masques à l’aide de ballons gonflables et de feuilles de papier. Il nous a également appris à faire des dessins à partir des chiffres, de 1 à 9. Les enfants adoraient travailler avec lui. Ils l’ont fatigué mais je crois qu’il commence à y être habitué, d’autant plus qu’il donne des cours d’arts plastiques dans un lycée de Yopougon. N’hésitez pas à lui faire appel si vous avez des projets d’illustration.

2- Réalisation d’une œuvre d’art vohou-vohou


Aboubacar Sidiki Bamba avec son Ong Destin en Main est partenaire du Centre Eulis, depuis le début de l’année. Il a réalisé avec les enfants huit tableaux que nous mettons d’ailleurs en vente. Le vohou-vohou est un art contemporain ivoirien qui consiste en un assemblage de plusieurs objets non-périssables et vohou-vohou signifie « n’importe quoi » en Gouro. Pendant le camp, les enfants et Aboubacar ont travaillé sur la confection d’un tableau, en 2 séances. L’une consacrée à la récupération de plusieurs matériaux puis au collage, et la deuxième à l’application de la peinture pour colorer l’œuvre. Les différents tableaux réalisés sont en vente à des prix allant de 25000 à 50000 Francs. L’argent récolté servira à aider des enfants pour leur scolarité et à financer les ateliers d’art du Centre Eulis. Vous pouvez nous contacter via la page Facebook ou au 48-11-54-54

3- A la découverte des pays


Abdulbasit Adéwalé est mon souffre-douleur en chef au Centre Eulis. Il est passé me voir la première fois pour poser des questions sur la création du centre et mon parcours. Il a manifesté l’envie de contribuer à faire découvrir le monde aux enfants et il répond toujours présent lorsqu’on a besoin de lui. Il a travaillé avec Raymond pour imprimer une carte du monde sur plusieurs feuilles de papier que Raymond a collées entre elles. Et il a téléchargé les vidéos et images dont on avait besoin pour apprendre les différents continents aux enfants et leur faire découvrir quelques pays et capitales du monde. Abdulbasit est un peu le tonton méchant de la bande de bénévoles. Les enfants savent qu’avec lui, les noms ne tardent pas à descendre sur les fiches du bas. Mais s’il est aussi sévère avec eux, c’est surtout parce qu’il les aime et veut les amener à être plus disciplinés. Il a également travaillé sur les ateliers d’anglais et d’informatique parce qu’il n’était pas dans une case précise. Il était là où on avait besoin de lui.

4- La gestion du temps et l’environnement


Cheick Diallo était incroyablement timide lorsque je l’ai rencontré la première fois en 2016. Il parle toujours peu aujourd’hui mais c’est fou à quel point il s’est de plus en plus affirmé dans son engagement pour la cause des enfants. Pendant l’année scolaire, il a animé plusieurs ateliers avec son équipe, sur la citoyenneté et les droits et devoirs des enfants. Pendant le camp, avec Luc, ils ont organisé un atelier sur la gestion du temps et un autre sur la propreté. Ils ont même confectionné deux poubelles à partir de bidons en plastique recyclés. Et ils ont amené les enfants à nettoyer les alentours du Centre. Le respect de l’environnement et la propreté sont des valeurs tellement importantes à inculquer. J’ai noté que les enfants ont tendance à reprendre très vite les mauvaises habitudes et jeter les ordures par terre mais je crois qu’on peut progressivement les amener à être de meilleurs citoyens.

5- Les cours d’anglais


Nous avons été trois à travailler sur les ateliers d’anglais: Stéphanie Touré, Abdulbasit et moi-même. Stéphanie est notre prof d’anglais en chef depuis quelques semaines déjà. Elle travaille elle-même dans un cabinet de traduction. Tous les Samedis matins, elle apprend de nouvelles notions en anglais aux enfants avec beaucoup de pratique mais aussi des images et des vidéos. Pendant le camp, elle leur a appris les noms des pays Africains en anglais et leurs drapeaux. En son absence pendant les autres jours de la semaine, Abdul et moi avons révisé les membres de la famille, les couleurs et les chiffres en anglais avec les enfants. On a organisé des jeux avec une balle de tennis qu’on se lançait entre nous tout en comptant en anglais ou en traduisant certains mots. Il y a mille et une façons de rendre l’apprentissage amusant. 


6- Les cours d’informatique


Khalil et Kevin ont commencé à donner des cours d’informatique aux enfants depuis la fin du mois de juin. Ils sont tous deux développeurs dans la même entreprise et très très occupés au boulot. Ils se donnent quand même le luxe de venir partager leur savoir tous les samedis matins à une bande d’enfants très excités. Je ne me suis toujours pas remise du fait qu’ils ont acheté des Kinder Bueno pour les enfants, j’ai même failli tout garder pour moi 😅Franchement est-ce que ce sont des choses pour les enfants ? Finalement on les a distribué le jour de la cérémonie de clôture aux enfants qui ont été assidus aux séances. Grâce à l’équipe KK, les enfants ont appris les différents composants d’un ordinateur, comment utiliser internet pour faire des recherches, et ce n’est que le début.

7- Lecture et dictée

Le premier jour du camp, nous avons lu « Le dinosaure du Kilimandjaro » de Donald Grant et les enfants ont fait une dictée sur un extrait du livre. Awa Silué et Mintanhan Ouattara m’ont épaulée pour ces ateliers de lecture et dictée. Nous avons aussi découvert les frères Wright avec un livre issu d’une série sur les géants de la science. Les enfants ont entre autres appris des valeurs de persévérance et de courage, et l’importance de la créativité. Malheureusement, il y a un énorme travail à faire pour relever leur niveau en orthographe, grammaire et conjugaison. Les dictées étaient pleines de fautes invraisemblables. Nous allons essayer de mettre l’accent sur la lecture et des concours de dictée et d’orthographe à l’avenir in shaa Allah.

8- Maths-Physique

Epiphane Kouassi a travaillé avec les enfants en les séparant en 2 groupes, les enfants du primaire d’un côté et ceux du collège de l’autre. Ils ont travaillé au tableau pour réviser les bases de conversion des unités de mesure de la masse, et sur des opérations d’addition, de multiplication et de division. Mon objectif à la base était de détecter les lacunes des enfants et de les faire travailler sur Khan Academy. Je n’ai malheureusement pas pu bien organiser cela, en plus du fait qu’on n’a que deux ordinateurs sur lesquels ils peuvent travailler. Mais in shaa Allah le projet est toujours d’actualité pour la rentrée scolaire. 


9- La confection de bracelets et de magazine


Jérôme est passé montrer aux enfants comment réaliser des bracelets à l’aide de fils de nylon. Le camp était trop court pour que les enfants apprennent à le faire eux-mêmes mais ils étaient tous émerveillés par son savoir-faire. Les plus petits y voyaient même de la magie 😂. Moi j’ai eu un joli bracelet « I ❤️ Eulis ». J’espère que Jérôme reviendra nous voir pour qu’on maîtrise tous cet art en quelques semaines. 

On a aussi appris à réaliser un magazine grâce à un numéro de Planète Okapi. Nous n’avons malheureusement pas terminé le processus mais les enfants connaissent désormais les différents départements qui travaillent à la réalisation et à la vente d’un magazine. Ils ont travaillé sur différentes rubriques et même si le camp est déjà terminé, je compte finaliser leur travail avec Raymond et leur présenter ce qu’ils ont fait in shaa Allah.

10- Les séances cinéma

Nous avons eu des séances cinéma les deux vendredis du camp, avec tellement de pop corn sucré et salé que je n’en mangerai plus avant un bon bout de temps. Nous avons regardé Akeelah and the bee le premier vendredi. Le but était d’inspirer les enfants grâce à l’histoire d’Akeelah, une jeune afro-américaine qui a remporté un concours d’orthographe national. Les enfants ont adoré! Je les retrouvais souvent en train d’épeler des mots les matins, avant qu’on ne commence les activités du camp. 

J’ai réalisé une envie personnelle le deuxième vendredi, avec Le petit prince. J’avais envie d’organiser cette séance depuis que j’ai lu « Le petit prince » d’Antoine de Saint Exupery et regardé le film sorti en 2015. Les enfants ont encore aimé, et pendant la session de questions, ils ont parlé de l’importance de respecter les autres, peu importe leur statut social. 

D’ailleurs ce jour là, nous avions eu une conversation intéressante le matin sur les moqueries. Les enfants s’étaient tellement moqués de l’un de leurs amis parce qu’il a des difficultés en anglais qu’il voulait rentrer chez lui en larmes. C’est important d’expliquer aux enfants que leurs mots et leurs rires peuvent blesser les autres. La séance a été improvisée mais je pense qu’elle était et est nécessaire. Prenons le temps d’expliquer aux plus jeunes comme aux plus grands, qu’il ne faut pas rire du physique et des lacunes des autres. Ça contribuera à rendre nos relations meilleures mais surtout à entretenir l’estime et la confiance en soi de chacun. 


La clôture du camp

Raissa Koné, qui avait déjà été des nôtres le jour de l’anniversaire du Centre, nous a fait danser le Samedi 26 juillet à l’occasion de la clôture du camp. Nous avons partagé un plat d’alloco, des crêpes et des jus avec les enfants et les bénévoles présents. On a aussi distribué des certificats de participation à tous les enfants avant de nous séparer. Au final, avec les apports des uns et des autres, et de ce qu’on avait déjà à disposition, ce camp a coûté environ 50.000 francs. 

Voilà, j’ai enfin réussi à écrire cet article. Mais il ne serait pas complet sans un grand merci à tous ceux qui ont contribué à la réussite du camp de près ou de loin, en plus des bénévoles et partenaires. Merci à mes cousines qui ont préparé la tonne de pop corn pour nos séances cinéma, à maman qui nous a offert un magnifique tchep, puis des jus pour notre séance de clôture, et à toutes ces personnes qui nous ont offert des friandises pour motiver les enfants à apprendre. Je me suis rendu compte encore une fois que j’ai une magnifique communauté sur internet. In shaa Allah, nous ferons mieux l’année prochaine. En attendant, on arrêtera pas de faire découvrir le monde aux enfants à travers plusieurs ateliers pendant l’année scolaire. Faites absolument ça chez vous!


Publié par

Passionnée de lecture, d'écriture, de voyages et d'éducation, je rêve de transformer l'éducation en Côte d'Ivoire. De la rendre plus interactive et inclusive. C'est pourquoi j'ai créé le Centre Eulis en 2017 et ce blog me sert de journal de bord pour tout ce que j'apprends au quotidien. J'écris des histoires, des comptes-rendus de livres, d'évènements, de voyages, mais surtout, je m'écris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s