300 000 francs pour visiter le Ghana, le Togo et le Bénin

10 jours et un budget de 300 000 francs chacune. C’est ce qu’il nous aura fallu pour (re)découvrir les routes du Ghana, du Togo et du Bénin. 

Si vous avez suivi nos aventures au Sénégal,  vous connaissez un peu mon histoire avec Lalla. Nous nous sommes connues sur Twitter et la première fois que nous nous sommes rencontrées, c’était pour notre premier voyage ensemble à destination du pays de la Teranga. Depuis, nous avons décidé de voyager ensemble chaque année et d’essayer de visiter tous les pays d’Afrique in shaa Allah… avant d’en voir d’autres en dehors du continent. 

Cette fois-ci, nous avons jeté notre dévolu sur les pays voisins à l’est de la Côte d’Ivoire. L’objectif était d’aller à Cape Coast, Accra, Lomé et Cotonou, en nous cantonnant à notre budget de 300 000 francs. Autant vous dire que nous avons fait pas mal de gymnastique. Cette expérience m’a rappelé que bon nombre de personnes hésitent à voyager parce qu’elles pensent qu’il faut nécessairement des sommes faramineuses pour le faire. Vous me direz peut-être que 300 000 francs n’est pas donné non plus mais ça reste le prix d’un IPhone qui est loin d’être de dernière génération. De plus, j’espère surtout que cela pourrait vous donner des idées pour préparer vos propres aventures. 

1- Préparer son budget à l’avance.
 

Plage à Lomé



Je ne suis pas très calée en termes d’organisation, très peu même en termes de budget. Mais Dieu merci, Lalla elle, est beaucoup plus prévoyante et à deux c’est plus facile à gérer que toute seule. Nos dépenses majeures concernaient l’hébergement et le transport. Nous avons opté pour des chambres disponibles via Airbnb, ce qui revient généralement moins cher que d’aller dans un hôtel. Il n’y a qu’au Bénin que nous sommes restées à l’hôtel Résidence les Cocotiers. C’était assez confortable dans l’ensemble et nous avons pu faire de belles rencontres. 

Pour le déplacement, nous avons écumé les sites internet pour avoir une idée des tarifs. La meilleure compagnie pour rejoindre le Ghana est STC et le voyage coûte 20 000 francs d’Abidjan à Accra et 32 000 francs de Cotonou à Abidjan. Ça vous évite pas mal de tracasseries aux frontières, des aspects dont je vous parlerai dans d’autres articles in shaa Allah. Le blog de voyage de Sadjo a également été très utile pour avoir une idée des alternatives à emprunter entre les différentes capitales. Au total, nous avions un budget de transport global de 70 000 francs pour le transport et 90 000 francs pour l’hébergement par personne.

Nous n’avions pas pris en compte les déplacements à l’intérieur de la ville, les activités à faire, la nourriture à acheter et les éventuels cadeaux à ramener. Mais nous nous sommes dit qu’avec 300 000 francs on pouvait tout gérer et avec quelques astuces, nous y sommes arrivées al hamdoulilah. Je vous suggère quand même de détailler encore plus tout ce que vous voulez faire comme activités et je partagerai les nôtres dans d’autres articles in shaa Allah. 



2 – Toujours poser des questions. 

Rencontre avec Wisdom à Accra

C’est sans aucun doute la plus grande leçon que nous avons apprises toutes les deux et j’avoue que nous étions assez fières de nos progrès en la matière. Lalla et moi avions toutes les deux du mal à poser des questions à des inconnus. Nous nous sommes métamorphosées pendant ce voyage. Comment faire pour aller au marché en dépensant le moins possible ? Il suffit de poser la question à un résident qui a l’habitude de se déplacer autrement qu’en taxi ou voiture personnelle. Nous avons pu faire d’énormes économies en utilisant les trôtrôs au Ghana, les options de co-voiturage entre Accra et Lomé, puis Cotonou, les zems et même en mangeant des plats locaux plutôt que de se ruiner dans des restaurants “chics”.

Bien sûr nous avons fait quelques petites incartades gastronomiques et quelques erreurs de débutantes dans le transport mais nous sommes généralement restées raisonnables dans nos dépenses à ce niveau. Et cela parce que nous avons acquis le réflexe de poser des questions à nos hôtes, aux gérants de restaurants, aux apprentis dans les trôtrôs, aux inconnus dans la rue, à absolument tous ceux qui pouvaient nous aider et ne semblaient pas pouvoir tirer un quelconque profit en essayant de nous berner.

3 – Apprendre à dire non.

Plats de Indomie et Spaghetti à Accra

C’est la deuxième grande leçon que nous avons apprise avec Lalla. Nous avons dit non au chauffeur de Taxi qui voulait nous conduire au parc National de Kakum à 150 Cédis Ghanéens (GHS) puis à 120. Nous avons pu y aller en trôtrô à seulement 28 GHS pour toutes les deux. Nous avons dit non aux conducteurs de bus qui nous proposaient de nous conduire à Lomé l’un à 200  GHS et l’autre à 120 par personne. En plus il nous aurait fallu attendre 18h alors qu’il n’était que 12h. En posant des questions à d’autres personnes, nous avons pu aller à Lomé en dépensant seulement 50 GHS par personne, avec un véhicule personnel faisant le trajet jusqu’à la frontière.

Enfin, et surtout, nous avons eu le courage de sortir d’un restaurant dont les prix ne nous convenaient pas, et nous nous sommes régalées d’un plat de indomie et d’un autre de spaghetti à seulement 11 GHS alors que les plats du restaurant tournaient autour de 50 GHS au moins par personne. C’était d’autant plus drôle qu’en vrai, les coûts du restaurant correspondaient à environ 5000 à 6000 francs. Dans un autre contexte, on n’aurait pas rechigné à dépenser même plus pour un repas, mais là c’était différent et je suis très contente du fait qu’on ait pu sortir du restaurant sans être gênées. De plus, c’est en posant des questions à un artisan du coin qu’on a déniché la vendeuse de indomie et moi je rêvais depuis ma dernière fois au Ghana en 2013, d’en manger à nouveau. 

Ce sont ces trois règles principales qui nous ont permises de vivre ce séjour sans nous ruiner. C’est un voyage que nous avions l’intention de faire depuis plusieurs mois. J’ai acheté une tirelire en début d’année que j’ai cassé la veille de notre départ et le contenu couvrait largement mes dépenses. Vous n’avez pas besoin d’avoir un salaire à 1 million pour voyager. La Côte d’Ivoire et les pays voisins regorgent de milliers d’endroits à découvrir, de personnes à rencontrer et de nouvelles expériences à vivre. J’espère que mes articles-voyages vous aideront à sauter le pas.

Airbnb : Cape Coast  / Accra / Lomé 

Hôtel Résidence les Cocotiers : Cotonou 

Publié par

Passionnée de lecture, d'écriture, de voyages et d'éducation, je rêve de transformer l'éducation en Côte d'Ivoire. De la rendre plus interactive et inclusive. C'est pourquoi j'ai créé le Centre Eulis en 2017 et ce blog me sert de journal de bord pour tout ce que j'apprends au quotidien. J'écris des histoires, des comptes-rendus de livres, d'évènements, de voyages, mais surtout, je m'écris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s