La rencontre

Il est 19h30 et j’ai les mains moites. La table est prête et papa est rentré plus tôt qu’à l’accoutumée. Maman a bientôt fini de se maquiller et mon frère regarde un match de football à la télé. Mes yeux vont de l’horloge accrochée au mur à la montre autour de mon poignet. C’est comme si le temps s’était arrêté. Que 20h n’arriverait jamais. Je tourne en rond entre le salon et la terrasse et les messages de mon amie pour me rassurer n’ont aucun effet. 

“Tout va bien se passer Myriam calme toi. Ibrahim est un homme bien, tes parents vont l’adorer.”


C’est plus facile à dire qu’à faire. J’aime Ibrahim et je n’ai aucun doute sur le fait qu’il soit l’homme de ma vie. Il est pieux, compréhensif et m’aide à être une meilleure personne. Il a commencé à parler de mariage dès les débuts de notre rencontre et même si ça fait à peine quelques mois qu’on se connaît, je sais que c’est le bon. J’espère que mes parents verront en lui ce que je vois mais j’avoue que j’ai quelques craintes. 


Il est 19h45 et le match de football est terminé. J’ai fini par m’asseoir sur la terrasse. Maman vérifie que tout est à sa place sur la table à manger. Papa et mon frère font quelques commentaires sur la victoire de Barcelone et mes pensées continuent de virevolter dans tous les sens. 


Il est 19h50 lorsque l’on sonne à la porte. Il est en avance de dix minutes. J’ai l’impression que mon cœur va sortir de ma poitrine. J’avance d’un pas lourd vers la porte en récitant Ayatul Kursi. Je ne sais pas pourquoi mais ce sont les premiers versets qui se sont posés sur mes lèvres. 


“Salam aleykoum Myriam. Comment tu vas ?”

“Waleykoum salam Ibrahim. Je suis un peu stressée mais ça va al hamdoulilah. Et toi ?”

“Ça va, ça va. Tout est entre les mains de Dieu.” 

Ibrahim est venu seul pour cette première rencontre. Si tout se passe bien, papa nous indiquera la procédure à suivre pour impliquer ses oncles. J’aurais voulu parler de lui à maman mais nous n’avons jamais été suffisamment proches pour discuter de ce genre de choses. Elle sait juste qu’il s’appelle Ibrahim, que je l’aime et qu’il veut m’épouser. Elle a tant prié pour que ce jour arrive enfin que j’ai l’impression qu’elle est plus heureuse que moi. Il n’y a pas eu d’événement heureux majeur dans sa vie depuis que papa a convolé en secondes noces avec tata Fatim. Avec ce mariage, elle pourra jubiler devant sa coépouse dont les enfants n’ont même  pas encore fini l’école primaire. 


“As-salam aleykoum wa rahmatoullah wa barakatouh.”


Ibrahim salue avant de pénétrer au salon comme l’exige la bienséance et papa et mon frère s’interrompent pour lui répondre. Maman l’invite à s’asseoir avec empressement. Elle est à ses petits soins. De l’eau et un peu de jus de bissap avant de demander les nouvelles. C’est papa qui lui demande ce qui l’amène. Ils échangent quelques banalités sans parler de moi. 


Il est 20h05 lorsque maman invite tout le monde à passer à table. Je me suis surpassée pour ce dîner. Entrée, plat de résistance, dessert. Papa me taquine. 


“Myriam ne nous a jamais préparé un tel festin. J’espère qu’on te reverra souvent Ibrahim.”

Ibrahim sourit et moi si volubile, j’ai du mal à cacher ma gêne. Maman lui sert le yassa de poulet et un peu de riz pendant que mon frère se ressert une assiette de Macédoine.

 
“Qu’est-ce que tu fais dans la vie Ibrahim ?”


“J’ai ouvert un cabinet d’interprétariat et de traduction Anglais / Français depuis maintenant 3 ans.” 


“Oh, ce n’est pas très typique ça ! Comment se passent les affaires ?”


“Très bien grâce à Dieu. La demande est toujours supérieure à l’offre. Nos services sont très souvent demandés dans la sous-région et même au-delà. On ne se plaint pas.”


“Dieu merci.”


“Hum, ça veut dire que tu voyages beaucoup ?” Demande maman. 


“Ça arrive quelques fois mais maintenant je délègue la plupart du temps. Je ne voyage que lorsqu’un client important nécessite vraiment ma présence à un événement.”


“Ah d’accord. Parce que je n’aimerais pas que ma fille reste seule tout le temps hein !”


“In shaa Allah, ça ne sera pas le cas maman.” 


Le dîner se poursuit dans la bonne humeur et nous passons au dessert. On a des fruits, un gâteau à l’ananas, des pots de yaourt. Ibrahim se contente d’une clémentine pendant que les membres de ma famille dévorent le gâteau. 

Les hommes retournent s’asseoir au salon pendant que nous débarrassons la table. J’espère qu’Ibrahim ne va pas trop s’y habituer. Je n’ai pas l’intention de le regarder se prélasser devant la télévision tous les soirs pendant que je m’occupe du repas puis de la vaisselle. On en a déjà parlé et il a semblé être sur la même longueur d’ondes. 


La télévision est éteinte mais j’entends à peine ce qu’ils disent. Maman me regarde avec insistance et me presse pour ramener le reste des plats dans la cuisine. Elle finit par me laisser faire le reste du boulot et les rejoint au salon. Je me dépêche pour les rejoindre à mon tour mais elle me demande d’aller l’attendre dans ma chambre. 


Je ne comprends pas. Cette soirée devait être informelle et je voulais participer à la discussion. On ne me rappelle qu’à 21h lorsqu’Ibrahim demande à partir. J’ai passé les vingt minutes précédentes à discuter avec Samira mais elle n’a toujours pas réussi à apaiser mes craintes. 

« Myriam, viens raccompagner ton ami. »


Le visage d’Ibrahim ne laisse rien transparaître pendant que je le raccompagne à sa voiture. Il dit qu’il m’appellera quand il sera à la maison. Papa est rentré dans sa chambre et mon grand frère s’apprête à retourner chez lui. Seule maman m’attend pour me faire un compte rendu. Je la trouve assise sur mon lit, la tête baissée. Elle m’invite à m’asseoir à côté d’elle et me tient les mains. Je ne me souviens pas avoir déjà partagé un tel moment d’intimité avec elle. 

« Myriam. »


« Oui maman. »


« Je sais que je te mets la pression pour te marier depuis quelques temps. Tu prends de l’âge et toutes tes cousines sont déjà mariées. Ibrahim est un homme bien maa shaa Allah. On a discuté avec lui et on ne pourrait rien lui reprocher. Mais Myriam, tu m’as vu essuyer mes larmes en cachette. Tu m’as vu regarder l’horloge sans fin, me demandant si ton père finirait par rentrer ou s’il m’enverrait un énième message pour dire de ne pas l’attendre. Tu m’as vu passer des nuits seule dans notre grande chambre, comme si je n’avais pas été mariée depuis plus de trente ans et que mon mari n’était pas toujours en vie. Est-ce qu’à ton tour tu veux être la source de souffrance d’une autre femme ? Tu es belle, tu es jeune. Et même si je te taquine souvent sur ton célibat, je ne veux que ton bonheur ma fille. Je ne suis pas contre ton mariage et si tu décides malgré tout d’être sa deuxième épouse, je t’accorderai quand même ma bénédiction. Mais ton père n’est pas d’accord et moi je te demande de bien réfléchir ma fille. Tu peux encore trouver un homme, rien que pour toi sans avoir à briser le cœur d’une autre femme. » 


Les larmes coulent sur nos deux visages et mon cœur est en miettes mais ma décision est prise. J’ai longtemps réfléchi avant de laisser Ibrahim rendre visite à mes parents. C’est lui que je veux et pas un autre. Il sera juste. Je ne ferai jamais rien pour nuire intentionnellement à sa première femme. Je n’habiterai même pas sous le même toit qu’elle. Je n’ai pas choisi de le laisser entrer dans mon cœur. Je n’ai pas choisi de l’aimer alors qu’il appartenait à une autre mais maintenant c’est trop tard. 


« Maman, c’est lui que je veux. Je sais ce que tu as vécu et continue de vivre mais maman notre cas sera différent in shaa Allah. C’est lui que j’aime. Je t’en prie parle à papa. » 


« Amour ou pas, moi je ne donnerai pas mon accord. Jamais ma fille ne sera la seconde épouse d’un homme. » 


Il est 21h15. Je ne sais pas à quel moment papa est entré dans la chambre et je n’ai pas le temps de lui répondre qu’il a déjà claqué la porte. Je m’attendais à des résistances mais j’étais loin d’imaginer que ça serait lui le polygame qui s’opposerait à mon mariage. 

Publié par

Passionnée de lecture, d'écriture, de voyages et d'éducation. Je rêve de transformer l'éducation en Côte d'Ivoire. De la rendre plus interactive et inclusive.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s