Que feriez-vous si votre sœur était une tueuse en série ?

Je viens de terminer mon deuxième livre de l’année et je suis sûre que c’est exactement la même structure que j’aimerais avoir si jamais j’arrive enfin à écrire un livre en entier. Je savais déjà que je voulais quelque chose de similaire en lisant les romans d’Elif Shafak et de Khaled Hosseini mais « My sister, the serial killer » d’Oyinkan Braithwaite me rassure encore plus dans ce choix.

Oyinkan nous raconte l’histoire de deux sœurs vivant au Nigeria. Korede est l’ainée, infirmière dans un hôpital privé et pas très gâtée par la nature. Ayoola est tout le contraire de sa sœur. Sa beauté captive tous les regards dès qu’elle entre dans une pièce. Elle est designer pour sa propre marque et elle tue tous les hommes avec qui elle sort. Du moins, elle en a tué trois lorsque le livre commence.

« My sister, the serial killer » est constitué de plusieurs chapitres relativement courts qui permettent d’avancer rapidement dans la lecture. L’auteure les a conçus de telle sorte que chacun apporte un plus particulier à l’intrigue et nous aide à mieux cerner les personnages. C’est le genre de structure que j’apprécie dans les livres de Shafak et Hosseini même si avec eux chaque chapitre raconte l’histoire sous l’angle de vue d’un personnage différent alors qu’Oyinkan raconte la sienne avec Korede comme unique narratrice.

La description du background familial des deux sœurs me faisait beaucoup penser à « Purple Hibiscus » de Chimamanda Ngozi Adichie à cause de ce père angélique de l’extérieur mais tortionnaire à l’intérieur. Oyinkan décrit bien ce que peuvent vivre des personnes victimes de violences familiales et à quel point cela gâche des vies.

Korede porte la lourde responsabilité de veiller sur sa petite sœur alors que celle-ci ne semble pas vraiment avoir besoin d’être défendue. Après chaque meurtre, c’est elle qui vient à la rescousse d’Ayoola. J’ai fini par conclure qu’Ayoola manipulait émotionnellement sa sœur comme elle arrivait à séduire tout le monde autour d’elle.

J’étais souvent énervée pendant ma lecture. J’avais du mal à comprendre pourquoi Korede se laissait autant mener par le bout du nez. J’étais horrifiée par la désinvolture d’Ayoola après ses meurtres, comme si c’était des événements banals. Mon cœur s’est serré lorsque je l’ai vue se rapprocher de Tade, le crush ultime de Korede…

Le comportement d’Ayoola et de tous ceux autour d’elle m’a rappelé le concept de « beauty privilege ». Il fait référence au fait que les personnes particulièrement belles selon les standards de leur société ont souvent de nombreux avantages liés à leur physique. Est-ce que vous avez remarqué que vous étiez parfois plus conciliants avec les personnes physiquement attractives ? C’était exactement ce qui se passait avec Ayoola. Elle respirait l’innocence même sans fournir le moindre effort et elle avait en plus un don pour le mensonge qui lui permettait de se tirer de n’importe quelle situation.

Je fais beaucoup d’efforts pour ne pas vous spoiler ce livre mais je vous assure qu’il vaut vraiment le détour. La plume d’Oyinkan Braithwaite est magnifique et j’ai vraiment envie de lire ses autres écrits. Ce premier roman est une histoire dark qui montre que les choses ne sont pas toujours aussi simples qu’on aimerait le croire.

Enfin, « My sister, the serial killer » montre bien le poids qui peut peser sur les aînés. On les estime souvent responsables de toutes les bêtises que font leurs cadets et ils se sentent obligés de les défendre envers et contre tous. J’avais beau être énervée par la passivité de Korede face à sa sœur, je me demandais si je pouvais lui en vouloir de tout faire pour la protéger. A sa place, qu’auriez-vous fait si votre sœur était une meurtrière en série ?

Publié par

Passionnée de lecture, d'écriture, de voyages et d'éducation. Je rêve de transformer l'éducation en Côte d'Ivoire. De la rendre plus interactive et inclusive.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s