“Suis ta passion” est un mauvais conseil.

“Suis ta passion” est un mauvais conseil.

Je suis bénie d’avoir mon boulot actuel parce que sans ça je n’aurais pas pu continuer à réaliser mon rêve avec le Centre Eulis Faya. 

La passion ne suffit pas. Elle est même surcôtée. Je voulais écrire un article dessus après avoir lu “So good they can’t ignore you” de Cal Newport mais je n’ai pas trouvé les bons mots alors peut-être que cet article ne sortira jamais. 

Ce soir, quand j’ai demandé où on en était avec la procédure pour l’installation du courant à Faya, on m’a dit qu’il y avait une dernière facture pour le compteur. J’ai rigolé à défaut d’en pleurer en pensant à toutes les dépenses qu’on aligne depuis ces derniers mois. 

Ce n’est pas un poste pour pleurnicher mais plutôt reconnaître à quel point je suis bénie d’avoir un emploi qui me permet de financer les activités qui contribuent à me rendre heureuse. 

En début d’année, lorsque je vidais mon compte en banque au fil des travaux du Centre Eulis, j’étais choquée par la vitesse à laquelle l’argent pouvait disparaître alors qu’il prenait tout son temps pour revenir. Mais la passion n’aurait sans doute pas suffi à me permettre de tenir si je n’avais pas d’autres sources de subsistance. 

Ils disent “fais ce que tu aimes et tu n’auras pas à travailler un seul jour de ta vie.” Il paraît que ça vient de Confucius. Peu importe l’auteur de cette citation, c’est faux ! En tout cas, ce n’est clairement pas à prendre au premier degré. 

Faire ce que l’on aime n’empêche pas d’avoir des factures. Est-ce que ça vous donne le cash qu’il faut pour vous occuper de vous et de votre famille ? Dans ce cas, Al hamdoulilah. Parce que quand tu as faim, tu sens clairement que tu travailles même en étant passionné.

Faire ce que l’on aime n’empêche pas d’avoir parfois envie de rester sous la couette. Même quand on aime écrire, dessiner, il y a des jours où on aimerait bien ne pas le faire parce qu’on est fatigué ou juste pas d’humeur. Quand la passion devient un travail, on peut même perdre l’amour qu’on avait pour cet ancien hobby.

Faire ce que l’on aime est bien, mais tout le monde n’a pas de passion innée qu’il peut poursuivre pour en faire un boulot. Toutes les passions n’ont pas non plus la vocation de procurer un revenu. Ce n’est pas parce qu’on est passionné de foot qu’on aura une belle carrière dans ce domaine. Il faut également les compétences et d’autres paramètres qui ne dépendent pas toujours de vous.

Si vous avez eu la chance de découvrir votre passion relativement tôt, certains ont l’impression d’être nuls parce qu’ils n’en ont pas à priori. Cela ne veut pas dire qu’ils ne peuvent pas exceller et s’épanouir dans un domaine. Cal Newport recommande de choisir une activité pour laquelle on a un minimum d’intérêt et ensuite s’atteler à être tellement bon qu’on ne passera pas inaperçu.

Plutôt que de faire ce que l’on aime, on doit travailler à aimer ce que l’on fait. Développer suffisamment de compétences pour être remarquable dans son domaine et ensuite obtenir les caractéristiques qui font d’un emploi un idéal comme davantage d’autonomie.

Ne lâchez pas tout pour suivre votre passion. Assurez-vous d’avoir assez de ressources pour tenir pendant longtemps. D’ailleurs cet “assez” est bien souvent sous-estimé par rapport à la réalité du terrain. Donc mieux, assurez-vous que votre fameux rêve soit rentable avant de quitter ce qui vous permet de mettre du pain sur la table. 

Pour un entrepreneur dit à succès qui a “tout lâché”, il y en a 1000 autres qui sont tombés plus bas que terre et ont fini par abandonner. Certains ne vous diront pas que leurs parents les ont aidés à tenir. Que Madame cravachait deux fois plus pendant que monsieur essayait de réaliser son rêve ou vice-versa. Si vous n’avez pas de soutiens financier et moral, ne pensez pas que parce que X a fait, vous devez faire exactement la même chose. Vous risquez de flirter avec la dépression.

Je suis très passionnée par l’écriture. La preuve en est que j’ai pris plus d’une heure à écrire ce texte alors que j’ai terriblement faim. Je sais pourtant que je serais folle de quitter mon boulot actuel pour une carrière dans l’écriture alors que je n’en ai pas fait une activité suffisamment rentable. 

Poursuivre ses rêves c’est bien. Je le fais moi-même. Mais il ne faut pas le faire aveuglément. On m’aurait dit ça il y a quelques années, j’aurais trouvé mille et un arguments pour défendre le fait qu’il faut tenter le tout pour le tout peu importe la situation. Je souris en repensant à mes débats avec papa sur le sujet. La jeunesse…

Je ne sais pas si c’est l’âge, l’expérience, les livres que j’ai lu ces derniers mois, ou la combinaison de tout ça, mais je comprends de plus en plus que le plus important n’est pas de suivre sa passion quand il s’agit de carrière professionnelle. 

Al hamdoulilah, mon travail et toutes mes autres activités sont liées à ce que j’aime. Mais trouver sa passion et faire un boulot qui y est lié ne signifient pas qu’on sera miraculeusement comblé en tout point. La passion est bien mais elle est surcôtée. 

Si ça vous intéresse d’en discuter davantage, on organisera une rencontre autour du livre “So good they can’t ignore you” de Cal Newport et le développement d’une carrière professionnelle en Septembre in shaa Allah. La date précise reste à déterminer entre le 17 et le 18 septembre. Si vous êtes intéressé, remplissez ce formulaire : https://forms.gle/nMWAn9g2asECFLz1A

Publié par Tchonté Silué

Passionnée de lecture, d'écriture, de voyages et d'éducation. Je rêve de transformer l'éducation en Côte d'Ivoire. De la rendre plus interactive et inclusive.

2 commentaires sur « “Suis ta passion” est un mauvais conseil. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :