Un rien peut tout changer.

J’ai eu du mal à accepter l’idée qu’écouter un livre pouvait être considéré comme de la lecture. Avec du recul, je me rends compte que ce n’était pas rationnel. Je suis sans doute la mieux placée pour prôner l’importance de la lecture à haute voix étant donné que je l’ai souvent pratiquée en enseignant en maternelle, au centre Eulis, et lorsque j’étais moi-même élève. De plus, j’avais déjà eu une belle expérience avec le livre audio « Heart & Hustle » de Patricia Bright en 2020, même si je ne me rappelle plus du tout du contenu.

L’année dernière, ma vie a pris un tournant particulier qui me laissait moins de temps pour lire. J’étais tellement bousculée par les challenges de mon nouveau boulot et de ma vie « d’adulte malgré moi » que lire était devenu beaucoup plus difficile. Une fois à la maison, je n’avais envie que de me noyer dans des films sur Netflix ou les fils d’actualité des réseaux sociaux. Heureusement, j’ai pu compter sur les podcasts et les vidéos pour continuer à apprendre de nouvelles choses en plus des rares livres que j’ai réussi à lire. 

Cette année, j’ai décidé d’adopter de meilleures habitudes. D’utiliser les réseaux sociaux de manière plus saine et d’améliorer ma concentration au quotidien. J’ai donc naturellement commencé en lisant des livres qui pouvaient m’aider dans ce sens. C’est ce qui m’a amenée à écouter « Atomic Habits » de James Clear. 

Je n’avais aucune intention d’arriver au bout des 5 heures de lecture. Je me suis dit que j’allais démarrer en prenant ma douche juste pour passer le temps et j’ai finalement été captivée alors que la voix qui lisait était robotisée. Le storytelling de l’auteur est superbe et son histoire personnelle dès le début donne envie d’en savoir davantage. 

Au lycée, James Clear a été frappé accidentellement au visage par une batte de baseball et en a gardé des séquelles pendant quelques années. Alors qu’il faisait partie des meilleurs joueurs de baseball de son école, il a dû réapprendre à faire les petites choses du quotidien y compris le sport. Ce n’est qu’à l’université qu’il a finalement pu jouer à nouveau et a terminé son cursus scolaire en étant reconnu aussi bien parmi les meilleurs étudiants que l’un des meilleurs athlètes de l’école. Cet épisode de sa vie lui a appris l’importance de cultiver de petites habitudes pour réaliser de grandes choses. 

Plutôt que de se focaliser sur de grands objectifs à atteindre, James Clear recommande que l’on se base sur les routines à développer et sur le genre de personne que l’on souhaite être. Par exemple, plutôt que de me fixer comme objectif de publier un livre, je dois déjà me définir comme une écrivaine et commencer à écrire tous les jours. Plutôt que de vouloir perdre 10 kilos, il faut décider de faire régulièrement du sport et de manger sainement parce qu’on se considère comme un athlète ou juste le genre de personne qui prend soin de sa santé. Notre identité se reflète sur ce que nous faisons au quotidien et vice-versa, nos actions quotidiennes définissent qui nous sommes. 

L’une des raisons pour lesquelles cette expérience a changé ma vision du livre audio est que je l’écoutais majoritairement en voiture et en arrivant au boulot, je notais les grandes idées que j’avais retenues. Du coup, j’avais moins l’impression de rater les choses parce que j’écoutais plutôt que de lire directement moi-même. J’ai également beaucoup écrit dans mon journal dans la même période et cela m’a aidée à mieux appréhender les concepts enseignés et comment je pouvais les mettre en pratique. J’ai particulièrement aimé les quatre lois proposées pour changer de comportement. 

1 ) Rendre l’habitude que l’on souhaite adopter évidente. 

C’est très facile d’avaler une part de gâteau si c’est la première chose qu’on aperçoit en ouvrant le frigo. Au lieu de cela, et si c’était plutôt des fruits qu’on voyait ? La manière dont nous organisons notre environnement peut nous aider à rendre une nouvelle habitude plus évidente. Le livre au chevet du lit pour s’assurer de lire avant de dormir, la tenue de sport à portée de main pour s’exercer plus souvent.

De même, pour ne pas oublier de réaliser une action précise, nous pouvons également l’associer à une habitude que nous avons déjà adoptée. Par exemple, j’ai décidé de lire le Coran en arabe pendant 5 minutes au moins après chaque prière de fajr. Etant donné que je prie déjà obligatoirement les matins, rajouter ensuite la lecture m’amène à développer plus facilement cette nouvelle habitude. Bien sûr, mon Coran se trouve au même endroit que mon tapis de prière pour le rendre plus accessible. 

2 ) Rendre l’habitude attractive.

Les habitudes qui nous font le plus de bien sont bien souvent celles qui nous donnent le moins envie. Nous pouvons utiliser des astuces pour les rendre plus attrayantes. Celle que j’ai beaucoup aimée est l’association d’une habitude qu’on aime faire et d’une habitude qu’on a besoin de développer. Si j’aime boire du thé et que j’ai besoin de lire plus souvent, je peux choisir un moment de la soirée où je m’installe confortablement dans le canapé avec un livre et une tasse de thé. L’excitation ressentie à l’idée de pouvoir boire mon thé en lisant, va me donner davantage envie de vivre ces moments. 

On peut également faire suivre ou précéder l’habitude dont on a besoin de celle qu’on aime déjà faire. Par exemple, se dire que si on finit de lire 10 pages d’un livre, on peut ensuite passer 30 minutes sur Facebook. Il faut toutefois éviter d’associer des habitudes qui seraient contradictoires comme le fait de se récompenser d’avoir fait du sport en prenant une glace juste après. Une mauvaise habitude pour laquelle je plaide moi-même coupable.  

3) Rendre l’habitude Facile. 

Je ne me suis pas fixée un nombre de livres définis à lire cette année. J’aimerais lire un livre par semaine, mais mon objectif est surtout de lire 30 minutes au moins et à défaut, 10 minutes par jour. Résultat, j’ai déjà lu (et écouté) 6 livres en six semaines alors que je n’ai lu que 15 livres en tout l’année dernière. J’ai l’avantage d’aimer déjà lire mais James Clear recommande de commencer encore plus petit avec sa règle des 2 minutes. 

Si vous souhaitez courir un marathon, commencez par mettre vos chaussures de course, puis marchez quelques minutes, avant d’arriver un jour à courir. Pour écrire un livre, il faut commencer par se donner comme objectif d’écrire une phrase, puis un paragraphe, avant de passer à des pages au quotidien. Cela ne veut pas dire qu’on arrivera au bout de l’effort facilement, mais l’objectif est surtout de commencer. Comme l’auteur l’a si bien dit, il vaut mieux faire peu que ne rien faire du tout. Arrêtons de planifier et passons à l’action, ne serait-ce que pour deux minutes. Le plus important est de le faire de manière régulière et idéalement quotidienne.  

4) Rendre l’habitude satisfaisante

James Clear partage des histoires intéressantes par rapport à cette loi. Comment les habitants d’une ville au Pakistan ont commencé à se laver les mains plus souvent parce qu’on leur a fourni un savon qui moussait facilement et sentait bon, ou encore, comment le chewing gum est devenu populaire après que la compagnie Wrigley ait rajouté des arômes à la texture moelleuse mais fade qui existait auparavant. 

Plus une habitude est satisfaisante, plus nous avons envie de la pratiquer. C’est pour ça que les enfants acceptent volontiers de prendre des médicaments qui ont un goût de fraise et qu’on préfère se brosser les dents avec certains dentifrices plutôt que d’autres. 

Pour maintenir une habitude, l’action en elle-même doit nous apporter un plaisir immédiat. Fumer ou manger des fast food a beau être mauvais pour la santé, des millions de personnes à travers le monde le font parce que la satisfaction est instantanée tandis que les effets néfastes viendront après quelques années. Tandis que faire du sport et manger sainement est déplaisant sur le moment et les avantages ne seront ressentis que plus tard. 

On peut changer la donne en se récompensant immédiatement après avoir accompli l’action souhaitée. On peut décider que chaque fois qu’on arrive à écrire 5 pages, on a droit à un morceau de chocolat. Ou que pour chaque repas préparé plutôt qu’acheté, on utilisera l’argent épargné pour s’offrir quelque chose qu’on aime. Cette astuce rejoint l’idée d’associer une chose qu’on souhaite faire à une habitude qu’on veut développer. A nous d’être astucieux pour rendre nos nouvelles habitudes beaucoup plus plaisantes. 

Pour abandonner de mauvaises habitudes, il nous suffit de faire exactement l’inverse de ces quatre lois. Pour réduire mon usage des réseaux sociaux, je n’utilise plus Facebook, Twitter et LinkedIn sur mon téléphone. Je ne les utilise qu’une fois que je rentre à la maison, sur mon ordinateur personnel. J’ai également désactivé la connexion mobile pour Instagram afin de ne me connecter que lorsque je suis sur le wifi. J’ai rendu ces réseaux moins accessibles et ça m’aide à lire plus souvent. On peut aller encore plus loin en se déconnectant carrément et en demandant à l’ordinateur de ne pas enregistrer nos mots de passe automatiquement. L’effort nécessaire pour entrer le mot de passe à chaque fois peut réduire notre envie de passer des heures à scroller sans but.

Comme tous les livres de développement personnel, ce n’est pas parce qu’on sait quoi faire qu’on le fera forcément. Il peut arriver qu’on flanche par moment, même après avoir développé de bonnes habitudes. Ce n’est pas grave tant qu’on n’arrête pas d’essayer. 

Les conseils de James Clear rejoignent beaucoup ceux des auteurs que j’ai lus dernièrement dans le domaine de la productivité, de la concentration et de la créativité. Léo Babauta avec « L’art d’aller à l’essentiel. », Cal Newport avec « Deep work » et « Digital Minimalism » et Srinivas Rao avec « An audience of one ». J’aurais voulu vous en dire davantage sur tous ces livres mais je ne vais quand même pas faire tout le travail pour vous. Les lire vous-mêmes vous sera plus bénéfique que de vous arrêter à mon compte-rendu. Vous pouvez les commander ici

Vous pouvez trouver des livres audio sur Youtube ou télécharger Audible. La plateforme vous permet d’écouter un livre gratuitement. Vous pourrez ensuite décider de poursuivre l’aventure ou pas. Ca vaut le coup d’essayer. 

Publié par

Passionnée de lecture, d'écriture, de voyages et d'éducation. Je rêve de transformer l'éducation en Côte d'Ivoire. De la rendre plus interactive et inclusive.

3 commentaires sur « Un rien peut tout changer. »

  1. Très attractif comme résumé et j’espère que la plupart des jeunes africains suivront vos pas car aujourd’hui le manque de concentration fera des ravages dans les prochains décennies. Rien qu’en voyant des élèves du primaire sur les réseaux sociaux à longueur de journée me fait couler les larmes. Tant que les jeunes africains ne se concentrent pas à lire des livres, le banditisme va s’en pirer toujours.

    J’aime

  2. J’ai suivi vos conseils et je me vois desinstaller Facebook et Instagram et me voici très productif cette avec quatre livres déjà lit cette année pour la première fois depuis que j’ai commencé la lecture je n’ai jamais dépassé sept livres l’année mais cette année je vise au moins vingt livres.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s